Carnet de bord du vaisseau amiral ISS ENTerPrisE | Objectif : département des Ardennes (08)

08 sept. 2020

Voyage 08 : « Gardez la ligne... »

Rocroi, Givet-Charlemont, Sedan, Ligne Maginot, etc…
Autant de place-fortes Ardennaises édifiées, aménagées, détruites, reconstruites, depuis la nuit des temps pour protéger la planète FR-08 et la galaxie France des assauts du côté obscur de la force…..
 

Chateau_Fort_de_Sedan

L’éducation avant tout ... !

Arnaud GONDA

Originaire des Ardennes (« oui,mais du Sud ! »), Arnaud GONDA  est directeur de l’aménagement au Conseil Départemental des Ardennes.

ITPE civil de la 43e promotion (1998), il avoue ne pas avoir été très attiré par les disciplines enseignées. « Je suis fier d’avoir fait TPE, mais à ce moment là, j’ai réalisé que je n’étais pas vrai-ment à ma place ».
Alors, après obtention du diplôme, il choisit le concours de professeur des écoles et, après le service militaire et la rencontre de sa future épouse, il opte pour l’éducation nationale à Charleville-Mézières ! Pendant ses 8 premières années de carrière, il enseigne aux 5-7ans, assure des remplacements un peu partout dans l’Académie, et sera même directeur d’école. Marié 3 enfants,  il veut prendre plus de responsabilités mais les perspectives d’évolution sont peu nombreuses.
Arnaud décide alors de changer à nouveau de carrière et répond à un appel de candidature du Conseil Départemental pour son service des routes (dont le directeur est ITPE) et devient responsable de la maîtrise d’oeuvre des zones d’activités. « Mais la pure maîtrise d’oeuvre me convenait moins que la programmation et la maîtrise d’ouvrage » . Désormais son poste de directeur s’ajoute la responsabilité d’une mission stratégique auprès du directeur général.
Le département des Ardennes peine malheureusement à recruter des ingénieurs. Son attractivité est faible et le domaine technique pas suffisamment valorisé.
« L’enseignement, c’était génial, mais mon métier actuel me comble; au moins pour 5 ans je reste Ardennais! ».
Arnaud est un collègue qui, à coup sûr, ne manque pas d’éducation ! L’équipage du StarITPEtrek sait bien que quelquefois les voyages interplanétaires sont perturbés par l’attraction de certaines planètes ...  


De la pointe de la Botte... au Y ardennais !

Giuseppe MALARA

Giuseppe MALARA est chef du district Reims-Ardennes à la Direction interdépartementale des Routes (DIR) Nord.
De parents calabrais émigrés après la seconde guerre mondiale vers les Ardennes industrielles, Guiseppe, 57 ans, est né à Charleville-Mézières. « Je suis carolo-macérien !».
Pour preuve, une carrière vouée à sa ville et son territoire. Titulaire d’un DUT "Mesures Physiques", il entre pour 4 ans comme technicien (qualité puis maintenance) à l’usine Ford de Charleville-Mézières. En 1991, « je consulte l’affichage de l’ANPE et, par hasard, je retiens le concours de technicien de l’Equipement ». Reçu, il intègre pour 1 an l’ENTE d’Aix-en-Provence puis le laboratoire de Nancy, unité "Viabilité hivernale Gel".
« Il n’y avait pas de poste dans les Ardennes ! Au labo, j’ai eu affaire à des hyper-passionnés de leur métier et j’aurais aimé rester plus longtemps… mais Nancy n’est pas dans les Ardennes, ce n’était pas ma région ! ».
Retour donc dans les Ardennes en 1995 comme technicien supérieur (TS) au laboratoire départemental de la DDE 08 puis comme TS Principal à la Subdivision de Charleville-Mézières Nord. « L’objectif était de maintenir coûte que coûte une présence sur le terrain, mais l’abandon de l’ingénierie publique et la création de la DDT ont considérablement  réduit notre crédibilité . ». Promu ITPE en 2017 et porté par son intérêt pour l’ingénierie rou-tière et le management, Giuseppe se félicite d’avoir opté pour la DIR et le district (basé à Charleville-Mézières, je vous rassure !)  qui assure l’entretien et l’exploitation du "Y" ardennais ( A 34 et A 304) avec les centres de Lumes, Rethel et Reims.
« Mon seul regret est de ne pas avoir passé très tôt le concours d’Ingénieur des TPE ».
Le StarITPEtrek est fier de parcourir les espaces interstellaires sous pavillon européen !


La vélorution est en marche !

Charlotte PETIT

Charlotte PETIT est adjointe au chef d’unité "Risques et Sécurité Routière" au sein de la DDT 08. ITPE de la promotion 2017, il s’agit de son premier poste, « choisi sans a priori géographique mais pour son intérêt ».
Originaire de la région lyonnaise, elle enchaîne ENTPE et un  Master "Ville et environnement urbain". Son travail de fin d’études sur "les déterminants de l’usage du vélo en ville" reflète parfaitement son mode de vie. A Char-leville-Mézières, elle assure tous ses déplacements quotidiens et courants à vélo et elle compte bien poursuivre dans cette voie dans ses affectations futures.
Son unité comporte un effectif de 11 agents dont 9 techniciens parmi lesquels 5 sont spécialisés sur la sécurité routière et les transports exceptionnels. Dans les Ardennes, les risques naturels sont essentiellement les inon-dations mais aussi la viabilité hivernale car le département est traversé par des infrastructures routières et ferro-viaires européennes importantes.  Le domaine de Charlotte c’est la gestion de crise (coordination, cellules de crise en Préfecture, astreintes, etc.). « Je suis très satisfaite de mes débuts, dans une petite structure, et avec l’appui d’un chef d’unité expérimenté, Yves TOUPILLIER».
Au terme de ces 3 ans mais aussi pour rejoindre son compagnon, Charlotte intègre au 1er septembre l’administration centrale au sein de la Direction Générale de l’Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN) comme chargée de mission "ville durable et innovation". Bientôt un vélo ultra-luminique ?!   
Je confirme à Charlotte que l’équipage pédale aussi et régulièrement ...et pas que dans la semoule !
 


La ligne Maginot complétée en 2019… contre les sangliers !

 
Sophie MALHER

Sophie MALHER est  chargée de mission "Suivi du pacte Ardennes" à la DDT 08.
Assistante technique formée à l’ENTE de Montpellier (« uniquement parce que c’était la plus proche de la mer ! »), Sophie rejoint dès 1982 son département d’origine pour ne plus le quitter.

En DDE tout d’abord, elle est instructrice de permis de construire, puis réussit le concours de chef de section et devient chargée d’études en service "Grands travaux". « Notre activité principale se limitait à dévier les vil-lages... ». Et puis la Décentralisation provoque son transfert au Conseil Général en même temps que la majorité du réseau routier du département. « Malgré l’intérêt d’être présente aux assemblées et aux commissions, je ne m’y sentais pas bien. ».
En 1995, Sophie réintègre la DDE 08 comme responsable moyens généraux, « ses premières vraies responsabi-lités ». Elle se passionne pour l’élaboration et la gestion des budgets de fonctionnement d’un ensemble de plus de 600 agents.  « Je regrette de avoir pas pu être chef de Parc, car barrage était fait aux femmes. ».
En 2003, elle devient responsable de la coordination de l’ingénierie d’appui territorial, puis du pôle territorialité, d’une DDE prise dans la tourmente des réorganisations provoquées par l’abandon de l’ingénierie publique et la fusion DDE/DDAF en 2 étapes DDEA puis DDT. « Les derniers mois ont vu la dissolution du service. En arrivant au travail, j’avais envie de repartir ! ».
A partir de 2014, Sophie retrouve sa motivation naturelle en s’investissant comme responsable de l’unité "Ac-cessibilité" de la DDT08 avec un épisode très spécifique sans grand rapport. Elle pilote, pour le compte de la DRAAF, le chantier de construction d’une clôture destinée à empêcher la migration depuis la Belgique des san-gliers porteurs de la fièvre porcine pour en juguler l’épidémie. « Un ouvrage de 20 kilomètres à l’origine et, en fait, de 66 à l’arrivée, le tout dans un temps record. Pas de weekend pour les intervenants ! ».
En mars 2019, l’État et les Collectivités signent le pacte Ardennes au terme duquel tous les acteurs dans le dé-veloppement du territoire s’engagent sur 71 actions et 61 projets avec un budget global de 81 millions d’euros d’investissement. Tous les secteurs d’activité sont concernés dont : l’agriculture ( 80 méthaniseurs et soutien à la filière bio), la culture (Pass Culture), l’éducation (cité éducative à Charleville-Mézières), l’énergie (création d’une SEM « énergies renouvelables »), le tourisme ( développement du réseau de voies vertes),etc. Sophie, promue ITPE en 2019, se consacre au suivi de ce pacte dont elle assure désormais la coordination pour la DDT en lien avec la Préfecture. « Un seul mot : passionnant ! C’est touche à tout »
Une chose est sûre Sophie, la mention « très bonne adaptabilité » de ton CV n’est pas usurpée ! C’est d’ailleurs une qualité première des ITPE. Par contre, les sangliers ont moins apprécié…


Faciliter les changements de trajectoire et construire des passerelles ...

 
Olivier NOIZET

Olivier NOIZET est chef de l’unité "Patrimoine Routier" de la Direction des Infrastructures et des Équipements  du Conseil Départemental des Ardennes.
Ardennais de souche, titulaire d’un DESS "Géotechnique", Olivier tombe dans le chaudron des routes au cours de son stage de fin d’études au laboratoire de Clermont-Ferrand et de 9 mois de chantier au contrôle de réalisa-tion de l’autoroute A 89. ITPE sur titre en 2002, il poursuit sa route comme responsable d’ études routières à la DDE des Ardennes en charge de l’autoroute A 304 (Y ardennais) puis, parce que « je voulais rester dans les Ar-dennes et me frotter à plus d’opérationnel que les fastidieuses études autoroutières », comme chef de la pro-grammation et des études générales.
Recruté en 2007 par le Conseil général des Ardennes, il apprécie particulièrement l’élaboration des budgets, la gestion des marchés et la conception des ouvrages d’art du réseau routier départemental. « Bénévole et volon-taire ! », Olivier a accepté certaines opérations comme le projet de 110 kms de voies vertes vers le sud par re-conversion d’anciennes voies ferrées . « La porte de sortie des Ardennes, c’est le tourisme, le patrimoine ! .»
Olivier assure l’intérim du poste de Directeur des Routes, vacant depuis plusieurs mois. Le département peine à recruter. « Ici, on souffre de l’isolement des petits départements peu attractifs alors qu’antérieurement, les sorties d’écoles permettaient d’y pourvoir les postes. Il y a aussi un grand déficit de réseau technique ».
Désormais, Olivier projète un changement de trajectoire. «Les routes,  j’en ai fait le tour  et je ne ferai pas la même chose pendant 45 ans ! ». Mais les passerelles ne sont pas évidentes et « on est dans un état fédéral, avec autant de collectivités et de structures, autant de situations, de statuts, de rémunérations,etc. ».
L’équipage du  StarITPEtrek admire à chaque voyage l’absolue diversité des mondes qui peuplent notre sys-tème et regrette, comme Olivier, que des obstacles stellaires entravent notre atterrissage sur certains...   
 


Un concours et des circonstances !

 

Maryse LAUNOIS

Maryse LAUNOIS est directrice départementale des territoires des Ardennes depuis novembre 2012 et prendra sa retraite le 1er novembre 2020.
Ardennaise d’origine, après une maîtrise en sciences économiques puis un DESS en aménagement, urbanisme et environnement, Maryse entre à l’Agence d'Urbanisme et de Développement de Châlons-en-Champagne, puis comme contractuelle à l’Atelier d’Urbanisme de la DDE 08 ; « un poste probablement payé "sur les tas de cail-loux", pas spécialement palpitant par rapport au travail d’équipe en agence! ».
Plébiscitée par ses collègues, et toujours contractuelle, elle prend la responsabilité de diriger l’Atelier. En 1991, un technicien de son unité lui parle du concours exceptionnel de recrutement de 128 ITPE lancé en mai par le ministre de l’Equipement de l’époque, Paul QUILES, et son directeur du personnel Serge VALLEMONT (ITPE de la promotion 1955). «  Ce concours est l’étape clé pour moi ; après, j’ai été "estampillée" ITPE ! ».  
A l’unanimité, l’équipage décerne à Maryse la mention " Exceptionnelle" pour cette brillante réussite compte-tenu des circonstances. Les épreuves écrites se déroulent le 11 septembre 1991 … et Maryse met au monde son fils le 17 septembre ! Les épreuves à deux en quelque sorte…
En septembre 1999, Maryse quitte l’Atelier d’urbanisme pour la Subdivision Territoriale de Reims-Sillery (DDE 51). « Le poste idéal ! Une excellente organisation, un territoire passionnant (la couronne de Reims) et un éven-tail très large d’activités. Nous avions une très riche ingénierie d’assistance aux collectivités (aménagements de re-qualification, zones d’activités, lotissements,etc.), la gestion de 2.500 autorisations d’urbanisme par an, l’entretien et l’exploitation d’un important réseau routier dont la RN 51 et des élus formidables. On cartonnait no-tamment dans le secteur des vignobles ! ».
 Promue IDTPE en 2002, Maryse devient chef du service Urbanisme et Aménagement de la DDE de l’Aisne. « J’y ai découvert le domaine passionnant de l’Habitat ».
 En 2005, elle se trouve confrontée à un dilemme cornélien. « Deux super postes se libèrent en même temps : l’arrondissement de Reims à la DDE 51 que je connaissais bien, et l’arrondissement "gestion de la route – Secteur Est" de la Direction Interdépartementale des Routes Nord. J’ai choisi la DIR dont le directeur était l’ancien DDE de l’Aisne et on peut dire que j’ai bien fait car, peu de temps après, l’arrondissement de la DDE 51 a été supprimé ! ».

La carrière de Maryse se termine comme directrice de la DDT des Ardennes et, au passage,  une Légion d’honneur en 2015. « La pression est forte et constante avec des horaires à géométrie très variable ».
«Je n’ai jamais été vraiment attentive à ma carrière. J’ai eu de la chance mais j’ai aussi su la saisir !»


« Le travail humain ! C’est l’explosion qui éclaire mon abîme de temps en temps ».
Arthur Rimbaud, enfant de Charleville-Mézières dans "Une saison en enfer "  



Le commandant de bord du StarITPETrek
Serge Echantillac
Contact : sergechantillac@gmail.com - 06 03 86 16 64

Le StarITPETrek est exposé comme tous les astres aux tempêtes galactiques et aux vents cosmiques « coronaviriens », les prochaines aventures se font donc au gré de période de calme plus propice :

            - du 3 au 14 août : Foix et l’Ariège
            - du 17 au 28 août : Carcassonne et l’Aude
            - du 7 au20 septembre : Rodez et l’Aveyron
            - du 20 septembre au 9 octobre : Marseille et les Bouches-du-Rhône


Autres communications

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. Cookies Mentions légales et Politique de confidentialité