Carnet de bord du vaisseau amiral ISS ENTerPrisE | Objectif : département de l'Ariège (09)

12 oct. 2020

Voyage 09 : « Les vertiges de l’histoire ! »

En 1243 , quelques centaines de familles cathares, retranchées à 1207 mètres d’altitude dans leur castrum fortifié sur le "pog" de Montségur ont résisté 10 mois durant à plusieurs milliers de croisés du Roi de France et du Pape… !

L’histoire a balayé et martyrisé les « hérétiques cathares » mais l’empreinte vertigineuse de ceux que l’on appelait les « Parfaits Bonshommes », demeure un marqueur de la planète FR09 - Ariège.

Place des Couverts à Mirepoix
Jean-Hugues VOS

Nous avons rencontré un "Ultra - ITPE" ! 

Jean-Hugues VOS est le chef du district Sud de la Direction Interdépartementale des Routes Sud-Ouest (DIR SO).

Basé à Foix, il dirige 102 agents répartis en 5 centres d’exploitation et 2 points d’appui.La cinquantaine sans la faire, le muscle saillant , mince, sec et sans un poil de graisse, Jean-Hugues donne immédiatement l’impression d’un homme inoxydable et taillé pour toutes les missions même périlleuses. La suite montrera qu’il est bien un homme de records, un "ultra ITPE".
Chronologiquement, le premier de ses records tient en un déroulement de scolarité à géographie très variable. Fils de mi-litaire, il fréquente 5 écoles primaires différentes en métropole, en outre-mer, à Djibouti et en Allemagne… et ne s’arrête pas là, et totalise également 5 établissements différents aux quatre coins de notre univers. « Je ne suis pas vraiment ori-ginaire de quelque part ! Je suis toujours de là où je suis ! »
Le deuxième de ses records est surprenant. Technicien de l’Equipement dès 1993,  Jean-Hugues détient une perfor-mance peu commune… il a été reçu trois fois au concours professionnel d’ITPE ! Une première fois, il décline pour rai-sons personnelles. La deuxième, l’administration découvre après le concours qu’il ne disposait pas de l’ancienneté suffi-sante (à une année près!) et le rejette. Qu’à cela ne tienne, l’homme est particulièrement tenace et l’année suivante sera enfin la bonne. «Je n’ai passé que 4 mois de formation à l’ENTPE, mais on n’avait tous demandé à redoubler, il y avait tant à apprendre ! ».
«Devenir ITPE, c’est comme un ultra-trail !! ». La comparaison est parfaitement assumée. Sur le plan personnel, Jean-Hugues est un sportif de haut niveau qui pratique les courses d’extrême endurance que sont les ultra-trails. Il pratique de-puis 25 ans ces courses de 100kms et plus, souvent en montagne avec des dénivelés impressionnants. Il a participé 17 fois à la Diagonale des Fous à la Réunion (« je compte bien être au départ encore cette année ») et terminé 2 fois dans les 10 premiers. Il a aussi couru l’unique version de la Transpyrénéa en 2016 , 870km et 60 000m de dénivelé positives en 14 jours. « Il m’a fallu une année pour m’en remettre complètement !»
Pas étonnant dans ces conditions que, sur le plan professionnel, Jean-Hugues soit un ITPE "tous terrains". Chef de la subdivision polyvalente de Saint-Gaudens (DDE 31) puis du parc routier de la DEAL Réunion, il regagne la chaîne pyré-néenne en 2011. En DDT 65, il sera notamment chargé de la mission "Post-crues", créée à la suite des crues dramatiques de juin 2013 pour accompagner les collectivités territoriales dans la reconstruction. « Lors des premières réunions, cer-tains élus pleuraient … On apprend pas à gérer l’humain en temps de crise ; c’est souvent le plus important ».
La nécessité d'une relation de confiance avec sa direction et la recherche d'un poste "intense" et "opérationnel"  ont pous-sé Jean-Hugues à s'orienter vers "un poste quelque peu exposé" et à rejoindre la DIRSO.. « Si je n’ai pas confiance dans mon chef, je pars ! ». En charge de liaisons routières internationales sensibles avec Andorre et l’Espagne, il évoque avec un sourire son tout dernier challenge. « Et maintenant, en plus, j’ai un Premier Ministre à Prades sur la RN 116 ! » .
« Dans un univers ministériel en constante évolution, pouvoir encore exercer notre coeur de métier "originel", au plus près des usagers dans un souci constant du meilleur service public est une véritable chance. L'intensité, la réactivité et l'abné-gation en sont les constantes quotidiennes. »   

Admiratif, l’équipage espère obtenir un jour le qualificatif de "Mec plus ultra" !  
 


Les mathématiques font pencher la balance...

Clémentine PRENAT-VILLE est "référent territorial " dans le service "Connaissance et animation territoriales" de la Direc-tion Départementale des Territoires de L’Ariège.

Oui mais "Khâgne" ou "Taupe" ? Clémentine aurait pu ne jamais faire partie de la 63e promotion de l’ENTPE (2018). Inté-ressée par la Ville et l’Architecture, mais aussi passionnée de Théâtre et d’évènementiel, elle choisit en 2013 une prépa scientifique « par goût des mathématiques ». Cette dualité littéraire / scientifique marque constamment son jeune par-cours.
Clémentine complète sa formation ENTPE par un Master "Ville et environnement urbain"(« un plus incontestable ») et par une initiation à l’analyse des politiques publiques [NDLR : Quel vaste programme!!!] à l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon. Dans le même temps, elle est vice-présidente des "ReuTeuLeu", les Rencontres Théâtrales de Lyon organisées à l’ENTPE.
« La richesse de l’ENTPE tient dans la personnalisation des parcours et la possibilité des doubles diplômes. Dommage que certains élèves ne trouvent pas de poste dans la voie d’approfondissement qu’ils ont choisi ».
Occitane de coeur (« du côté de Gaillac et Toulouse »), Clémentine avoue avoir trouvé, elle, « le poste rêvé » à Foix. Outre l’aspect géographique bien sûr, le domaine professionnel correspond à ses affinités. Très transversal, ce poste lui permet d’aborder la large palette de l’animation et de l’aménagement du territoire. Il lui procure en outre des contacts avec nombre de partenaires et de structures différents. Encore indécise sur son avenir professionnel, Clémentine rejoindrait volontiers son fiancé à Toulouse et s’intéresse aux opportunités offertes par les collectivités territoriales.
« Faire quelque chose d’utile, avec au centre l’humain et l’environnement » .   

Clémentine PRENAT-VILLE et Renan LOUVEL

Une devise à inscrire sur les flancs de notre vaisseau comme une réponse à l’éternelle question « A quoi sers-je ?».

L’équilibre personnel avant tout.

Renan LOUVEL est chargé de mission "Ville durable" et référent territorial  dans le service "Aménagement – Urbanisme – Habitat" de la Direction Départementale des Territoires de l’Ariège.

Originaire de Castelnaudary (11), Renan est un très jeune ITPE de la 64e promotion (2019) au "parler franc". « En prépa, j’ai fait 5/2 pour intégrer l’ENTPE... et aussi pour la rémunération au cours des études ». Son orientation professionnelle  est claire : le choix de la VA Bâtiment, un mois dans une entreprise de réalisation de maisons à ossature bois, un stage en Nouvelle-Zélande comme assistant chercheur sur la résilience sismique des bâtiments et un emploi de 4 mois chez BEC Construction comme conducteur de travaux sur la salle multimodale Aréna de Narbonne. « J’ai une affinité pour les tra-vaux manuels et professionnellement pour les réalisations concrètes ».
Confronté notamment aux chantiers de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU), Renan apprécie l’autonomie de son premier poste même s’il regrette l’absence de management par référence au rôle de conducteur de travaux. « Si j’avais le choix, je crois que je repartirais dans le privé, mais je vais rester sur ce poste pour l’épuiser complètement ! ».   
Malgré tout, pour Renan, «... le plan personnel passe avant le professionnel ». Son choix en sortie d’école tient essentiel-lement à la géographie, la région et la proximité avec sa famille et ses origines ; ce qui ne l’empêche pas d’évoquer la Nouvelle-Zélande avec un brin de nostalgie . « C’est exceptionnel si on aime la nature et les gens ! »

 StarITPEtrek reprend volontiers la bannière du CV de Renan : « Indépendance et respect ».


Informatique et parapente...

Régis LAURENT est adjoint au chef du Service Interministériel Départemental des Systèmes d'Information et de Commu-nication (SIDSIC) de la Préfecture de l’Ariège.

Renan LOUVEL

A l’exact opposé des deux jeunes ITPE qui précèdent, Régis, 61 ans et originaire de Nancy (54), entrevoit désormais le terme d’une carrière aux débuts prometteurs mais entravée par les réformes successives.
Assistant technique en 1982, il devient adjoint au chef de la subdivision d’Epinal (88) au Service de la Navigation de Nan-cy. Avec un effectif de180 personnes dont 170 agents de terrain le service est en charge du fonctionnement des écluses et de l'entretien du canal et de ses dépendances. En l’absence du chef de subdivision, il est notamment confronté à une sévère situation de crise avec fermeture totale du canal et de graves dégâts chez les riverains à la suite d’une catastrophe naturelle.
 En 1989 Régis obtient le diplôme d’Ingénieur des TPE et rejoint la DDE de l’Ariège comme responsable de la cellule "Tourisme et Montagne"(ouverture d’une procédure de contrat de rivière et contrôle des remontées mécaniques) puis, jusqu’en 2006, comme responsable du Bureau Aménagement Environnement (rapprochement avec service de police de l'eau de la DDAF, création de la Mission Inter Service de l'Eau (MISE), forte augmentation des missions d'environnement et remplacement de l'activité de contrôle des remontées mécaniques par des missions d'aménagement des stations de ski).
Dès 2006, les premiers effets de la Réforme de l’Administration Territoriale de l’État (RéATE) l’obligent à accepter un poste de co-responsable du Service unique de police des eaux et des milieux aquatiques (SPEMA) de la DDAF de l’Ariège mais « je suis parti sans vouloir vraiment partir ». Un exemple de plus de l’effet dévastateur sur les cadres de ces fusions DDE-DDAF qui ont abouti à la création des Directions Départementales des Territoires.
Volontaire malgré tout, Régis, autodidacte passionné d’informatique, décide de choisir une autre voie et devient, dès 2008, chef du bureau des Systèmes d’Information de la DDEA puis DDT de l’Ariège. Il préside avec succès aux destinées des équipements, réseaux et SI du service jusqu’en 2012.
La récompense est amère. L’année 2012 consacre une nouvelle réforme avec le regroupement sous l’autorité préfecto-rale des services informatiques des Directions départementales Inter-ministérielles au sein des SIDSIC et Régis doit à nouveau se résigner à accepter un poste d’adjoint au chef du SIDSIC… Qui plus est, « il n’y aura à l’usage aucun rappro-chement effectif entre les unités regroupées et de 10 agents l’effectif s’est rapidement réduit à 8. C’est une cuisante décep-tion pour les agents de mon unité qui y sont allés pour tenter l’expérience collective».

« Un mince espoir se dessinait pour nous avec la création d’un Secrétariat Général Commun (SGC) et l’espérance d’une nouvelle organisation plus efficace et soudée. La crise sanitaire ayant provoqué son report au moins à 2021, c’est un peu ruiné par l’ambiance dégradée et l’obligation d’assurer des astreintes "toutes heures"... ».
« J’ai décidé depuis longtemps déjà de ne pas faire carrière et de me consacrer dès que le temps le permet à ma passion : le parapente sur les hauteurs des Pyrénées Ariégeoises au dessus de Foix. Je plaisante souvent en disant que je suis l’inventeur du temps partiel météorologique ».

Le vaisseau professionnel de Régis a connu bien des tempêtes interstellaires. Depuis la fin du siècle dernier, c’est un véritable maelström qui a fait s’abattre sur notre galaxie les fusions, fissions et reconfigurations successives. Il nous faut à tous une haute estime de l’intérêt général pour supporter ces guerres des étoiles permanentes. L’équipage du StarIT-PEtrek te souhaite, Régis, des vents cosmiques portants et apaisés pour une retraite planante.  

 


NB : Impossible pour le StarITPEtrek d’atterrir sur le sommet escarpé du pog de Montségur… L’équipage se souviendra longtemps de cette ascension à pied et de l’immense respect qu’inspirent ces Bonshommes soit-disant Parfaits alors qu’ils ne disposaient même pas d’Internet et de ses fameux réseaux sociaux !!


Le commandant de bord du StarITPETrek
Serge Echantillac
Contact : sergechantillac@gmail.com - 06 03 86 16 64


Autres communications