Carnet de bord du vaisseau amiral ISS ENTerPrisE | Objectif : département de l'Aveyron (12)

16 nov. 2020

Voyage  12  : « A fond  de terroirs ! »

La planète FR12 – Aveyron est incontestablement  une référence de la galaxie France pour les produits agricoles et gastronomiques de qualité. Sa surface agricole est la deuxième de France et le classement est identique pour les surfaces certifiées biologiques. Qui plus est, une exploitation agricole sur trois y vend ses produits sous un signe de qualité.

Pour qui se pose la question « Mais les terroirs qu’est-ce ? », la réponse est bien souvent aveyronnaise. Aubrac, Rouergue, Lévézou, Grandes Causses, vallée du Lot fournissent depuis des siècles la viande, les fromages, la charcuterie, les vins et tant d’autres produits qui réjouissent les palais de toutes les colonies de la galaxie !

Que celui qui n’a jamais craqué devant un "aligot – saucisse" nous jette le premier "farçou de la mémé" à la figure !!    

Rodez - Musée Fenaille - Statue menhir

Aveyronnais avant tout ! 

Joël MARVEZY

 

 

Joël MARVEZY est chef de la délégation territoriale Ouest de la DDT 12 au sein de la Maison de l’État à Villefranche-de-Rouergue, établissement qui préfigure sans doute un avenir sous l’autorité préfectorale...

Rouergat d’origine, il entre en Equipement en 1992 comme technicien supérieur et occupe successivement 4 postes d’adjoint au chef de subdivision territoriale dans le Haut-Rhin, en Aveyron (déjà!), dans l’Essonne et dans le Lot et Garonne. En 2001, il cède à l’attraction de la planète FR-12 et devient chef de la subdivision territoriale de Rignac. « La polyvalence, le contact avec les élus locaux et le lien direct avec le territoire rendaient ces postes passionnants ! »

Reçu en 2005 au concours professionnel d’ITPE, il doit consentir un exil provisoire comme chef du bureau "Études et Aménagement du Territoire" à Evry (DDT 91), puis comme chef de projet "RN 88 Centre" au sein du Service Ingénierie Rou-tière (SIR) de la Direction Interdépartementale des Routes Sud-Ouest (DIR SO) à Albi (81) ; exil très relatif dans ce dernier poste car la RN 88 est aussi un axe routier majeur...de l’Aveyron. « Au SIR, j’avais un vrai poste d’ingénieur ! J’ai pris la suc-cession d’un spécialiste en ouvrage d’art surnommé "monsieur – 30" par référence à la pression qu’il mettait sur les entre-prises ». Il évoque notamment les travaux de doublement de la rocade d’Albi sous circulation qui ont nécessité une attention constante et un processus qualité renforcé. « Une véritable école de rigueur ! » 

 La suite est, elle, purement aveyronnaise… Dès 2010 Joël devient responsable de l'unité "Aménagement du Territoire et Planification Stratégique" puis, en 2014, adjoint au chef de la mission "Aménagement Analyse et Connaissance du Territoire" à la DDT 12 à Rodez. Il participe notamment à la mise au point d’une Charte Départementale d’Urbanisme en partenariat avec la Chambre d’Agriculture et l’Association des Maires de l’Aveyron.Il faut dire que depuis plusieurs années, le territoire connaît une explosion des constructions agricoles liée à l’essor des installations photovoltaïques et que, malgré les crises économiques, le département enregistre le plus fort taux d’installation de jeunes agriculteurs.

«  J’aimerais désormais être reconnu comme Ingénieur Divisionnaire des TPE mais pour satisfaire aux exigences de diversité et de mobilité, cela devient difficile dans les départements ruraux où les postes de responsabilité ne sont pas légions. »
L’attachement à un territoire de la qualité de l’Aveyron est parfaitement compréhensible. Pas facile de s’arracher à l’attraction de cette planète. Notre vaisseau se provoquera certainement d’autres occasions d’y "aaveyronnir" !

De la différence entre l’ingénieur, l’architecte et l’entrepreneur (texte remis par Joël Marvezy )
Un ingénieur est une personne qui sait beaucoup de choses dans des domaines très limités et qui, au cours de sa vie profes-sionnelle, en sait de plus en plus sur des sujets de plus en plus limités, jusqu’à ce que, finalement, il sache pratiquement tout sur à peu près rien...
Au contraire, un architecte est une personne qui commence l’exercice de son art en sachant très peu de choses sur un très grand nombre de sujets et qui, progressivement, en sait de moins en moins sur un nombre toujours plus grand de choses, jusqu’à ce qu’il ne sache pratiquement plus rien sur à peu près tout...
Un entrepreneur débute son activité en croyant savoir tout sur tout, mais finit par ne plus rien savoir sur rien, et cela est dû, en ce qui le concerne, à la fréquentation des ingénieurs et des architectes !!  


Terriblement chanceux...

Fabrice PAGNUCCO est chef du service "Aménagement du Territoire, Urbanisme et Logement" de la DDT de l’Aveyron.

Fabrice PAGNUCCO

Originaire de la planète FR17 - Charente-Maritime, Fabrice, 36 ans, appartient à la 52e promo de l’ENTPE (2007). « En complé-tant ma formation par un master 2, j’ai tracé un fil conducteur de ma carrière en urbanisme et aménagement ».
Si l’on en croit Fabrice, il a bénéficié « d’une grosse dose de chance ! » : chance d’avoir pu d’avoir pu trouver ses premières af-fectations dans sa région d’origine, mais aussi chance d’avoir pu rester sur ses domaines de prédilection, et enfin chance d’avoir pu progresser rapidement.

Responsable du pôle territorial nord de la DDT de la Vienne, puis, en 2011, chargé de mission "évaluation environnementale"  en DREAL Poitou-Charentes, Fabrice intègre en 2015 l’Agence des Territoires de la Vienne, structure d’ingénierie créée par le Con-seil Général en 1983, où il prend la responsabilité du pôle urbanisme. « Devant l’abandon par l’État de l’ingénierie et de l’Application du Droit des Sols, j’ai eu la chance (!) de participer au développement de cette agence très structurée (49 per-sonnes), véritable bureau d’études public prestataire pour les collectivités, donc au contact permanent avec les élus locaux. C’est très enrichissant ! ».

Promu IDTPE (chance toujours?), en 2019, Fabrice devient adjoint au chef du service ATUL de la DDT de l’Aveyron puis, à la faveur d’une mobilité de son chef de service, il intègre son poste actuel (chance encore !). Il se découvre à cette occasion un intérêt pour les domaines de l’habitat et du logement ; « On y traite pas seulement de dossiers mais aussi et surtout de gens ».

« Ici, il fait bon vivre et le plus dur c’est de bouger quand on est bien ! ». Malgré tout, l’environnement et la biodiversité sont désormais des sujets de fort intérêt pour Fabrice qui pourraient l’inciter à quitter sa « zone de confort » actuelle.

L’équipage de la mission StarITPEtrek se contentera de citer Thomas Jefferson : « Je crois beaucoup en la chance et je constate que plus je travaille et plus j’ai de la chance ! »

 


« Nos fonctions…c’est de gérer les imprévus... »

Laurent CARRIERE

 

Laurent CARRIERE est directeur des routes et infrastructures au Conseil Départemental de l’Aveyron.

Titulaire d’un DUT Génie Civil, Laurent devient en 1994 technicien supérieur (concours externe et ENTE Montpellier) puis en 2004 ingénieur des TPE (concours pro et 49e promotion ENTPE). « Mes centres d’intérêts étaient l’histoire et le génie civil. J’avais donc le choix entre devenir professeur ou ingénieur…j’ai choisi l’ingénierie pour ne pas m’éloigner trop. »

Comme technicien, Laurent occupe successivement trois postes « très formateurs ». En premier lieu, comme chargé d’études en géologie et géotechnique au laboratoire régional de l’ouest parisien en DRE Ile-de-France, «je travaillais avec des pointures et j’ai perfectionné mes compétences techniques au contact de gros chantiers ». En 1996, il devient chargé d’opérations au sein de la cellule "Constructions Publiques" de la DDE 48 à Mende. « J’y ai appris à raisonner sur des enjeux globaux et je me suis régalé ! ». En 2001, Laurent prend la direction de la subdivision territoriale de Sainte-Enimie (48). « J’étais le chef artisan de la subdivision et les DDE étaient la figure de proue de l’État sur le territoire ! ».

Devenu ITPE, Laurent intègre les "Grands travaux" de  la DDE de l’Allier comme chargé du bureau "Etudes et travaux neufs – Ouvrages d’art". « Un poste technique passionnant, dans une bonne ambiance et avec une hiérarchie excellente mais faute de crédits c’était beaucoup d’études et très peu de réalisations». Dès 2006, Laurent entre " en collectivité" en comme chef de la subdivision Sud du Département de l’Aveyron, à Saint-Affrique puis à Millau. En 2011, il opte pour la fonction publique ter-ritoriale. « Je dois dire que je m’épanouis parfaitement en collectivité comme antérieurement à l’État. J’ai un peu de regret d’avoir quitté le giron de l’État, mais j’y manquais de perspective... ». « Le balancier de la décentralisation est parti un peu loin. il reviendra sans doute !»

« Aujourd’hui, je fais essentiellement de la maîtrise d’ouvrage, mais ce sont les compétences techniques acquises tout au long de ma formation et de ma carrière qui me permettent de diriger efficacement la maîtrise d’oeuvre et la réalisation. »

Un grand merci à Laurent qui nous a, en outre, gratifié de la visite particulièrement intéressante d’un important chantier routier de sa collectivité. Notre mission est très sensible à la qualité des voies interplanétaires qu’elle emprunte abondamment !  


Aller voir ce qui se passe ailleurs...

Jérôme SOUYRI

Jérôme SOUYRI est chef de la subdivision "Aveyron" à l’unité inter-départementale "Tarn - Aveyron" de la DREAL Occitanie à Rodez.

Fils d’agriculteur aveyronnais, Jérôme est, lui aussi, devenu ITPE par la voie professionnelle en 3 étapes : assistant technique des TPE en 1991 par concours externe, puis technicien supérieur principal par examen professionnel en 1998, et ITPE en 2004 par concours professionnel.

Ses années de technicien sont essentiellement aveyronnaises en subdivision territoriale (Espalion) et au service "Ingénierie du développement local" de la DDE 12. « J’adorais la maîtrise d’oeuvre sur les routes, les ouvrages d’art et l’assainissement. Dom-mage pour les petites collectivités locales que cette activité ait été abandonné par l’État. ».

Un constat qui a sans doute renforcé la détermination de Jérôme à progresser  en passant le concours professionnel d’ITPE. « J’ai bénéficié en DDE d’une formation à l’oral de qualité et d’examens blancs pour accroître mon assurance. ».
 Après un poste de chef de la subdivision territoriale de Dreux à la DDE d’Eure-et-Loir, Jérôme opère un retour "vers ses terres". En 2006, il devient responsable du centre de travaux du Lioran, d’abord à la DDE 12 puis à la Direction In-terdépartementale des Routes (DIR) Méditerranée au Service d’Ingénierie Routière (SIR) de Mende/Millau.

De retour en DDT de l’Aveyron, Jérôme prend le poste de responsable de l'unité "Ville Durable" en 2008, puis en 2011 de l’unité "Habitat – Logement". «  Le domaine de l’habitat est particulièrement attachant par les contacts humains et l’aide appor-tée aux personnes en difficulté. Ce lien humain que le "tout Internet" a tendance à nous faire perdre ».  

Soucieux de compléter encore ses compétences professionnelles, Jérôme choisit en 2017 de se « frotter à autre chose ». Il se porte candidat sur un poste d’inspecteur des installations classées pour la protection de l’environnement  (ICPE). Un type de poste appartenant au "coeur de métier" des ingénieurs de l’industrie et des mines (IIM). « Le chef d’unité m’a dit qu’il vou-lait recruter un IIM, mais faute de candidat IIM, il a préféré ne pas laisser le poste vacant ! ». Jérôme a bénéficié d’une solide formation d’inspecteur de l’environnement et de l’accompagnement d’un tuteur y compris lors de ses premières inspections. « Dans ces conditions, les ITPE sont en capacité d’occuper ce type de poste et même d’y apporter, par leurs expériences anté-rieures, une vision globale des problématiques ainsi qu’une aptitude à la gestion des projets complexes. »

« Cette année, je me suis porté sur le sujet des autorisations environnementales relatives à des éoliennes ; ce qui m’a permis d’aborder également les enjeux de la biodiversité. »

La plongée dans l’inconnu aux confins de l’univers est le lot périodique de la mission StarITPEtrek. Félicitations à Jérôme qui, en dépit d’une carrière déjà bien garnie, n’a pas hésité à « aller voir ce qui se passe ailleurs ».

 


NB : La planète FR 12 – Aveyron est une des plus grandes de la galaxie France comme nous l’avons pointé en introduction. De fait, malgré ses propulseurs ultra-luminiques, notre vaisseau n’a pu mener complètement l’exploration de cet astre. Plus grave, l’équipage considère que l’approche des différents terroirs et produits locaux fut insuffisante pour en mener une évaluation scientifique correcte. Dans ces conditions, pour ne pas risquer une mutinerie préjudiciable à la bonne marche de la mission, le commandant de bord a du concéder à l’équipage l’assurance d’escales complémentaires sur FR12 lors des prochains voyages.

 

Rodez - Musée Soulages

 

Le commandant de bord du StarITPETrek
Serge Echantillac
Contact : sergechantillac@gmail.com - 06 03 86 16 64


Autres communications