Carnet de bord du vaisseau amiral ISS ENTerPrisE | Objectif : département des Bouches-du-Rhône (13) | MARSEILLE

Voyage  13  : « Une puissance publique . . .  canon ! ! »

"FR 13 – Bouches-du-Rhône" est un système stellaire à 2 planètes principales :" FR 131 – Aix-en-Provence " et " FR132 – Marseille " et c’est la première fois que notre mission allait à la rencontre d’une telle configuration.

Qui plus est, la colonie des ITPE y est particulièrement nombreuse, extrêmement riche en diversité et répartie sur FR 131 et FR132 mais aussi sur quelques satellites ou astéroïdes plus ou moins éloignés de chacune, bien que dans leur attraction.

A l’instar des grands explorateurs, à leur approche, l’équipage a ressenti une intense curiosité pour ces rivages et espaces inconnus mais aussi une sourde inquiétude sur d’éventuelles prédispositions belliqueuses des peuplades locales. A sa décharge, ses seuls éléments d’appréciation antérieurs sur FR 13, étaient les retransmissions télé des matchs de l’OM et il avait quelquefois du mal avec les banderoles !     
Plus sérieusement, sans prétendre évidemment à l’exhaustivité, l’objectif de notre mission est ici de rendre compte de cette richesse de la biodiversité provençale. FR13 compte près de 500 ITPE répartis sur pas moins de 50 structures différentes ! Bien sûr, FR131 et FR132 se taillent la part du lion mais nous avons pu également identifier quelques spécimens tout à fait originaux sur des orbites quelquefois un peu lointaines...

Il nous aurait fallu de nombreuses révolutions solaires pour prétendre à un témoignage complet et nous faisons le pari que tous ceux qui ne s’y retrouvent pas voudront bien nous pardonner.
   

" FR 132 – MARSEILLE "

A Marseille, rien n’est pareil ! Contrairement à ce que nous montre cette vue du Fort Saint-Jean depuis le Fort Saint-Victor, l’histoire nous compte que les canons de deux forts étaient tournés vers la ville bien plus que vers la mer "pour maintenir pour jamais l'autorité du roi".

En 1660, Louis XIV [NDLR : l’État c’était lui !] ordonna l’édification d’une citadelle "en l'endroit de la ville qui sera jugé le plus propre", donc pour la surveillance de la cité et accessoirement sa défense contre une attaque maritime. Symbole de la volonté incontestable  d’une puissance publique forte !

 

Coopératif, participatif et convivial...

Blaise, Serge et Luc

Luc PETITPAIN, 28 ans, est chargé de mission pour le développement des énergies renouvelables (EnR) au sein du service "Energie et logement" de la DREAL PACA à Marseille.

Originaire de Nancy, Luc fait partie de la 59e promotion de l’ENTPE (2014). Titulaire en outre d’un Master "Urbanisme et aménagement urbain", après un premier poste de chargé de mission sur la mobilisation du foncier public en faveur du logement et sur le suivi de l’Etablissement Public Foncier PACA, il s’est positionné sur son domaine de prédilection. « En prépa, je voulais déjà bosser sur l’énergie ». Ses missions actuelles recouvrent l’animation et la gestion régionales des appels d’offres EnR nationaux.

En sortie d’école, Luc choisit Marseille « par opportunité » et son insertion a été « facilitée par le réseau des ITPE qui est une excellente entrée professionnelle et personnelle pour les nouvelles promotions ». Luc est référent territorial de l’Association des ITPE.

« J’ai été très agréablement surpris par Marseille. Je vis comme dans un village à 200 mètres de mon lieu de travail. Ici, le service public est un peu déficient, notamment les transports, mais il laisse une large place au développement de l’associatif ». C’est ainsi que Luc a choisi de consacrer une part de son énergie au développement d’un supermarché coopératif, participatif et convivial. « "Super Cafoutch" est un concept d’épicerie autogérée, créé par des Marseillais pour faire le plein de bons produits ».

Son avenir professionnel, Luc souhaite le poursuivre sur la planification et l’aménagement en relation avec l’énergie mais « dans ce domaine, l’opérationnel se concentre désormais au sein des collectivités ».

Un super accueil des jeunes ITPE de la DREAL pour un moins jeune ! Une énergie communicative et une convivialité toute provençale !   

Rien n’est plus gratifiant que de faire sa part dans une transition écologique que chacun appelle de ses vœux mais à laquelle peu de personne font l’effort de répondre. Des actions qui ne demandent presque aucun temps ni aucun moyen financier, mais qui font avancer les choses*. En voici quelques exemples, simples comme un GLPI :
→ Je choisis une banque éthique (référence dans le domaine, La Nef : https://www.lanef.com)
→ Je rejoins un supermarché coopératif (à Marseille, le super Cafoutch : https://supercafoutch.fr)
→ Je fais mes courses sans emballages, je bannis le plastique (toutes épiceries vrac, par exemple « au grain près » : https://www.augrainpres.com)
→ J’achète de l’électricité verte (Enercoop, c’est simple et rapide : https://www.enercoop.fr)
→ Je composte mes déchets dans mon lombricompost (et ça ne pue pas : http://www.compostage.info) ou dans un compost collectif (http://www.marseille-provence.fr/index.php/reduire-ses-dechets/le-compostage)
Se poser la question « et si 7 000 000 000 » de personnes faisaient comme moi, est-ce que ça irait mieux ? » est pour moi l’étape essentielle à un mode de vie dit « durable » 

Luc Petitpain

 


A la sortie de la tranchée ...

David CRIADO

Depuis 2015, David CRIADO est inspecteur/auditeur, spécialité technique administratif, à l’Agence Nationale de Con-trôle du Logement Social (ANCOLS) sur le site de Marseille.

Aixois d’origine, David ne se destinait certes pas à cet emploi… Titulaire d’un D.E.A. "Protection Aménagement et Exploitation du Sol et du Sous-sol", il devient, en 2000, ingénieur de l’École Nationale Supérieure de Géologie de Nancy. « Mon intérêt pour la randonnée, la nature et surtout la montagne m’a fait choisir cette école qui proposait 8 semaines de stages sur le terrain. Malgré tout, j’ai un peu souffert en Lorraine... ».

Au cours d’un de ces stages sur les chutes de blocs, David approche avec intérêt le ministère de l’Equipement au CETE d’Aix-en-Provence. « Mon fil conducteur de carrière était le sol et ses risques naturels ».

Après 2 années dans un bureau d’études privé comme chargé d’affaires en environnement (« une bonne expérience au cours de laquelle j’ai eu à traiter de sites et sols pollués, notamment l’ancienne mine d’or de Salsigne (11) fermée en 2004 »), David, recruté sur titres par le ministère, est ITPE de la 47e promotion (2002). « Je me suis retrouvé pile sur ma spécialité et parfaitement dans mon élément comme chargé d’études à l’arrondissement "fondations soutènements" du SETRA ».

Bien sûr, la Provence est revenue au galop et une mobilité conjointe avec son épouse, fonctionnaire du ministère de la Santé, ramène opportunément David en 2006 au Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées d’Aix-en-Provence comme adjoint au chef de service géotechnique/mécanique des sols et chargé d’Affaires. « Un poste très intéressant avec une bonne autonomie d’organisation et une confrontation avec des experts du privé qui ont 40 années de métier ». David y développe ses compétences principalement sur les risques naturels avec un travail pointu sur le risque sismique mais aussi des publications et des interventions internationales.

En 2011, David devient inspecteur des ouvrages hydrauliques à la DREAL PACA à Marseille. « La DREAL m’a recruté à la suite de la tempête Xinthia pour apporter ma compétence en géotechnique au service ». Avec réussite semble-t-il puisque David obtient en 2013 la qualification d'expert par le comité de domaine « Géotechnique et risques naturels» et est inscrit au tableau d’avancement promu d’IDTPE.

« Lors de ma recherche de poste pour concrétiser cette promotion, le DDTM adjoint des Bouches-du-Rhône, Serge CASTEL, me dit : Tu as creusé ton sillon. Soit tu restes dans ta tranchée, soit tu en sors complètement ! ».

David choisit la seconde recommandation et décide d’intégrer son poste actuel à l’ANCOLS. « Je ne regrette pas d’être sorti de ma tranchée car elle n’avait pas d’issue. En plus, l’Agence est dans une dynamique ascendante. Depuis 2015, elle renforce les missions d’audit et d’évaluation sans abandonner pour autant le contrôle régalien des bailleurs sociaux ». David est particulièrement attiré par le travail multidisciplinaire des audits et envisage l’éventualité de compléter son CV par un master 2 en s’orientant vers l’audit des administrations. « Les acquis des ITPE sur l’analyse des données, des enjeux et des risques dans les domaines techniques leur confèrent une tournure d’esprit adaptée à ce type de mission ».

Un court voyage temporel à bord du StarITPEtrek permettrait à David de vérifier que les poilus de 14-18 appréciaient modérément les sorties de tranchée…
 


Se faire plaisir au boulot !

Yves LE TRIONNAIRE

Yves LE TRIONNAIRE  est directeur régional de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME).

Breton et Morbihannais, Yves appartient à la 35e promotion de l’ENTPE (1990), spécialité "Urbanisme et Gestion". Malgré tout, le fil conducteur de sa carrière est l’environnement dont la biodiversité, l’énergie et le climat. « J’ai toujours fait des trucs bizarres ! ».

En premier poste, Yves intègre l’administration centrale du ministère de l’environnement de Brice LALONDE, à la direction de l’eau comme chargé de mission au bureau de la gestion du domaine public fluvial et de la prévention des inondations. Il participe à l’élaboration du Plan Loire. « Mais je m’en suis lassé assez vite ! ».

Dès 1993, Yves rejoint la DIREN Ile-de France pour un bail d’une dizaine d’années au cours duquel il est successivement chef de la subdivision "eau potable et police de l’eau", puis chef de l’unité " et du centre d’annonce des crues de Paris, et enfin adjoint au chef du service " risques naturels, hydrométrie et annonce des crues". Il participe à la création des Missions Interministérielles de l’Eau (MISE), à l’élaboration du Plan de secours et de sécurité d’alimentation en eau potable de la Région Parisienne, puis à la modernisation de l’annonce des crues sur la Seine moyenne et ses affluents. « Il y avait un sacré besoin de modernisation. Les annonces passaient toujours par télex ! Le nouveau système deviendra à terme VIGICRUES.»

En 2002, Yves est de retour à la direction de l’eau du ministère (cette fois le MEDD…) comme chef du bureau de la prévention des inondations et de la gestion des rivières. « Nous avons fait un gros travail de fusion des règlementations pour aboutir en 2004 à la Directive Inondations. Et puis nous avons lancé le 1er appel à projet PAPI (Programme d'Actions de Prévention des Inondations). »

Promu IDTPE en 2004, Yves prend, en 2006, un poste de chargé de mission auprès du sous-directeur de l'animation scientifique et technique, en charge de la stratégie du réseau scientifique et technique à la direction de la recherche et de l’innovation du Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) du ministère (qui est devenu le MEDDM…). En dépit du Grenelle de l’Environnement, « nous avons dû négocier avec le ministère des Finances dont l’objectif était l’arrêt des infrastructures et la réduction de 50 % des effectifs. Notre travail de sauvetage a permis de limiter la casse au non-renouvellement d’1 départ en retraite sur  2 ».

En 2009, Yves devient Ingénieur des Ponts, des Eaux et des Forêts (IPEF) par la voie de la liste d’aptitude, mais fin 2010, « ma femme et moi, nous en avons eu marre de la vie parisienne ! ». Yves rejoint donc la DREAL PACA au poste de chef du service de l'énergie, de la construction, de l'air et des barrages, puis en 2014, chef du service "Energie et Logement".

Yves a donc saisi « l’opportunité » de prendre la tête de la direction régionale PACA de l’ADEME. Avec un effectif de 25 personnes, le service gère des aides financières et techniques. « Notre budget est complémentaire de celui de la DREAL. »

« La dispersion des emplois et des situations des ITPE traduit à coup sûr la qualité de la formation à l’ENTPE. »

L’équipage du StarITPEtrek reprend unanimement le conseil d’Yves: «  Ne pas avoir peur de faire ce qu’on a envie de faire et surtout se faire plaisir au boulot ! »


Amoureux de Marseille !

Hervé WATTEAU

Depuis 2017, Hervé WATTEAU est responsable du Centre de Prestations Comptables Mutualisé (CPCM) de la DREAL PACA.

Natif de la région de Giverny aux confins de l’Eure et du Val d’Oise, Hervé est de la 39e promotion de l’ENTPE (1994) avec une voie d’approfondissement "Aménagement et gestion urbaine" qui sera le fil conducteur de sa carrière. Seulement voilà, Hervé « attrape le virus du Fenua » lors de son service national comme volontaire de l’aide technique (VAT) au sein du Service d’État de l'Aviation Civile en Polynésie française.

De retour en métropole en 1996, Hervé prend son premier poste à la DDE de l’Eure comme Responsable de la cellule "Prospective et Observatoires" au sein du service "Aménagement du Territoire et Environnement". « Il y avait beaucoup de cadres ambitieux et impatients de bouger et on disait de moi  : On a enfin quelqu’un du cru qui va rester ! ». C’était sans compter sur les effets du virus, l’attrait de la mer et du climat ensoleillé mais aussi sur les affinités d’Hervé pour « la grande ville ».

Dès 1999, Hervé met cap au Sud pour devenir responsable de la mission "Ville habitat 2" à la DDE 13. Il l’avoue spontanément : « Je suis tombé amoureux de Marseille ! », même s’il se frotte à des problématiques lourdes et complexes sur l’habitat dans une ville où les marchands de sommeil prolifèrent.

« Marseille est une ville qui contient ses banlieues. Son 3e arrondissement est la commune la plus pauvre de France. Ma mission était donc très musclée notamment face au problème croissant des co-propriétés dégradées, mais les problématiques humaines et sociales sont les plus motivantes».

En 2004, Hervé opte pour le poste d’adjoint au chef du service territorial Sud-Est, doté de 120 personnes et compétent sur 1/4 du département dont Marseille Provence Métropole. Outre les routes, l’ingénierie publique, l’ADS et le cadre de vie, le service assurait la représentation de l’État pour l'élaboration des tout-nouveaux PLU, des projets ANRU de La Ciotat et Marignane, jusqu’à une opération de résorption d’un bidonville à Cassis. « Le poste le plus intéressant de ma carrière ! »

Cette passion de Marseille ne se démentira que l’espace de 3 ans pour une poussée du virus Polynésien et un poste d’adjoint technique du Sous-préfet de Tahiti et Moorea… « Une rencontre plutôt positive avec l’univers préfectoral ! » De retour sur FR13 en 2010, Hervé enchaîne comme chef de l’unité "Politique de l’habitat" en DREAL, puis directeur du GIP "Nouvelle Seyne", avant son poste actuel. « Je voulais passer un moment en activités support ». Et dans un bureau avec vue mer !

La mission StarITPEtrek rêve déjà de se poser sur la planète "FR987 - Polynésie Française", mais appréhende tout autant de devoir un jour s’arracher à son attraction.


Des fissures dans le plafond de verre !

Corinne TOURASSE

Corinne TOURASSE est directrice de la DREAL PACA. 

Désormais Ingénieur en Chef des Ponts, des Eaux et des Forêts (IPEF), Corinne a débuté son parcours professionnel au sein de la 28e promotion de l’ENTPE (1983).
Les dix premières années de sa carrière, Corinne les consacre aux domaines de l’urbanisme, du logement et des constructions publiques dans les services des DDE du Nord, des Yvelines et de Seine et Marne ainsi qu’à la DRE Ile-de-France. Mais, dans le même temps, elle se donne une double impulsion déterminante en réussissant coup sur coup les concours d’accès aux corps des Architectes Urbanistes de l’État en 1989, puis des Ingénieurs des Ponts et Chaussées en 1990.

« Je crois qu’on peut me classer dans la catégorie des bêtes à concours ! ».

Après un séjour à Berlin au sein d’un bureau d’études privé spécialisé en urbanisme, Corinne intègre en 1998 la DRE Rhône-Alpes comme chef de la division "Aménagement et transports". « Le fil conducteur de ma carrière s’est infléchi vers les transports à cette occasion ». Avec succès sans aucun doute, car, en 2004, Corinne est recrutée par la Métropole de Lyon, le Grand Lyon.

 « Dès mon arrivée à Lyon, je me suis frottée à toutes les problématiques générées par le transport des personnes. C’est une étape marquante de ma carrière dans un Grand Lyon très dynamique : une super-boutique ! ». Elle y exerce plusieurs responsabilités au sein des organes de direction et mentionne particulièrement celui de responsable de la stratégie : « Un moment assez magique ! ».

En 2011, Corinne poursuit son parcours en collectivité en devenant directrice générale adjointe des services de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Mais l’alternance politique de 2017 lui impose de revoir sa trajectoire. « C’est la première fois que j’ai réellement eu à chercher un poste et j’ai eu de la chance car cela a immédiatement fonctionné avec les équipes de la DREAL PACA ! Elles sont d’un excellent niveau et l’ambiance est bonne »

« C’est important car le travail de la DREAL n’est pas simple. Il faut vendre des politiques publiques dans un territoire qui n’est pas forcément réceptif et une DREAL n’est pas très souple comme structure... » « Je mets en place un travail en mode projet chaque fois que je peux. »

Depuis 1an 1/2, Corinne siège au Conseil d’Administration de l’ENTPE. « J’ai été très bien formée et je me devais de renvoyer l’ascenseur. » Si elle fait montre d’un certain pessimisme sur les carrières dans les services de l’État.(« Tout pousse actuellement vers les collectivités »), elle se réjouit de la progression féminine.

« Femmes, le plafond de verre se fissure ! »

Même si la composition réduite de l’équipage du StarITPEtrek ne permet pas à la parité de s’installer, le commandant de bord tient à préciser que le vaisseau ne comporte pas de plafond en verre… et c’est tant mieux aussi car comment voyager dans l’espace avec des fissures ?!

 

Le commandant de bord du StarITPETrek
Serge Echantillac
Contact : sergechantillac@gmail.com - 06 03 86 16 64

 


Le plan de vol prévisionnel du StarITPEtrek pour le premier semestre 2021
        - Semaine 14 : Carcassonne et l’Aude (2e passage suite COVID)
        - Semaines 15 et 16 : Aurillac et le Cantal
        - Semaines 18 et 19 : Caen et le Calvados
        - Semaines 21 et 22 : Angoulême et la Charente
        - Semaines 23 et 24 : La Rochelle et la Charente-Maritime

 

Autres communications