Carnet de bord du vaisseau amiral ISS ENTerPrisE | Objectif : département du Cantal (15)

Voyage 15 : Le Cantal …… un " point (très) chaud " !!

Au coeur de la galaxie Massif Central, dans la constellation Auvergne, la planète FR15 – Cantal concentre, depuis plus de 65 millions d’années, une des plus fortes activités volcaniques de notre galaxie France.
Fort heureusement, l’ensemble est en sommeil (pour longtemps encore, on l’espère ! ) depuis la dernière éruption il y a près de 6.000 ans !
La mission StarITPEtrek n’a donc eu aucune difficulté à y atterrir, mais elle ne se doutait pas que son séjour, dominé par les vieilles caldeiras érodées, recèlerait une surprise des plus considérables à la hauteur de ces paysages grandioses et de leur activité passée et brûlante.
En premier lieu et pour la première fois depuis le début des voyages interplanétaires de la mission, nous avons rencontré un Ingénieur des TPE déjà croisé lors d’un séjour dans une des planètes déjà visitées, du Sud-Est…
Mais quelle ne fut pas notre surprise et notre émerveillement lorsque nos experts-naturalistes ont reconnu dans ce spécimen, et sans aucun doute possible, un élément de notre biodiversITé-PE, que l’on croyait disparu (ou en sommeil comme les volcans d’Auvergne) : un ITPEis Préfectus !!

Le Puy Mary

« Re-bonjour Serge …et bonjour monsieur le Préfet ! »

Serge CASTEL

En mars 2020, lors de sa visite à la planète FR06 - Alpes-Martitimes, la mission StarITPEtrek avait eu la chance de rencontrer Serge CASTEL alors Directeur Départemental des Territoires et de la Mer à Nice. Un entretien dense et très convivial que vous pouvez relire dans « Saga Riviera … mais attention les secousses ! »

Seulement, si, à l’époque, Serge nous avait parlé sans détours de son excellent parcours, il ne nous avait pas tout à fait tout dit sur l’actualité de ce printemps 2020 ! On comprendra aisément qu’il ne souhaitait pas risquer d’ébruiter sa possible nomination comme Préfet et particulièrement comme Préfet du Cantal. En juillet 2020, Serge est devenu l’unique Préfet en exercice disposant de l'ADN spécifique aux Ingénieurs des TPE !!

Malgré son expérience des espaces inter-sidéraux, l’équipage de StarITPEtrek était un peu impressionné par les grands volumes et les hauts plafonds de la première Préfecture construite par l’Empereur Napoléon Ier. Mais rompant avec la solennité des lieux, Serge, nous a confié, non sans un brin de malice, que sa nomination en tant que Préfet est un clin d’oeil à son grand-père et à son père, tous deux fonctionnaires de Police, alors que rien ne semblait l’y prédestiner de par son parcours d’ingénieur. « Avec du recul, j’ai conscience d’avoir toujours privilégié ce que j’avais
envie de faire, ce qui a été enrichissant et source de remise en cause permanente tout au long de ma carrière » 

Serge CASTEL

Une convivialité toute naturelle pour un marseillais d’origine qui n'a pas empêché Serge de nous livrer le fond de son engagement aux plus hautes fonctions de l’Etat dans le département et de répondre à la question : comme préfet, à quoi, sers-je ? « J’ai toujours eu une attirance essentielle pour le rôle et les missions de l’Etat. Pour moi, la vérité est dans l’interministérialité et dans notre capacité à créer de la valeur ajoutée au territoire et en assurer la cohésion. »

Nul doute que les ITPE apprécieront cette définition ! Par contre, ceux qui cherchent un mode d’emploi d’accès à la fonction devront se le construire ! « Au cous de ma carrière, particulièrement comme DDT adjoint dans les Bouches-du-Rhône et DDT des Alpes-Maritimes, j’ai eu la chance de croiser des grands Préfets avec lesquels j’ai travaillé sur des dossiers importants et délicats et toujours dans la confiance et l’envie de travailler en équipe. ».

On ne postule pas à devenir Préfet, on est pressenti puis nommé par le Président de la République. La fonction est des plus exigeante. « Prendre des décisions très rapides dans tous les domaines d’intervention de l’Etat nécessite beaucoup de modestie, d’humilité, l’amour du territoire, une disponibilité constante et une grande capacité d’écoute et de compréhension pour intégrer une foule de paramètres. Tu es toujours le dernier à parler et, à ce moment là, si tu te retournes tu n’as personne ! Au final ce métier nécessite autorité, confiance en soi et capacité a décider. »

« Depuis ma prise de fonction, j’évalue ô combien la présence de l’État est indispensable sur un territoire rural qui cultive de vraies valeurs comme le Cantal. Plus largement, il faudrait que la fonction publique soit mieux reconnue bien au-delà d’une image corporatiste dépassée. »

Côté cour (sans doute bureau en cantalou ?) ou côté jardin, et avec ou sans veste, un grand merci à Serge d’avoir fait renaître l'ITPE is Préfectus !
Une profonde respiration dans le maelström cosmique qui sévit actuellement sur notre société et notre administration.
Et, qui sait, à bientôt sur une autre planète !


« Une vocation première… dès le secondaire ! »

Chloë RUTAULT est chargée de mission Territoires et Villes Durables à la DDT du Cantal.

Chloë RUTAULT

Native de Montauban, une classe préparatoire à Rennes, la 64e promotion de l’ENTPE à Vaulx-en-Velin (2019) et un premier poste à Aurillac, c’est à se demander si Chloë ne s’engage pas, elle aussi dans une carrière inter-galactique !

Ce qui ne l’empêche pas d’avoir les deux pieds bien posés sur terre : « Depuis le lycée, je voulais aller à l’ENTPE ! A l’école, après avoir un peu hésité sur les Transports, je me suis orientée vers la voie d’approfondissement Aménagement et Politiques Urbaines. » 

Chloë dit avoir très bien vécu la scolarité à l’ENTPE. par l’état d’esprit plus que les connaissances techniques. « J’ai surtout beaucoup apprécié l’acquisition du travail en mode projet ainsi qu’une voie d’approfondissement super interessante et bien encadrée. Le droit et la gestion ne sont pas les disciplines les plus marrantes (Ah les cours de 4 heures en amphi !!) mais il faut bien reconnaître que cela sert beaucoup d’avoir ces notions. »

Sur son premier poste, Chloë en est particulièrement satisfaite. « En sortie d’école, le poste que j’ai choisi était une création, positionné en transversal entre les services Aménagement et Habitat. Je travaille sur le déploiement des politiques d’aménagement durable et je bénéficie d’une certaine autonomie sur le sujet de la revitalisation des centres bourgs dans le cadre du programme Petites villes de demain de l’Agence Nationale pour la Cohésion des Territoires (ANCT). J’en assure le suivi de A à Z sur les 9 EPCI du Cantal, tous lauréats de l’appel à projets. »
Son investissement professionnel est aussi empreint d’une vraie lucidité.

« Je comprends parfaitement la frustration des ITPE face à l’abandon des missions techniques et je m’interroge sur le rôle des ingénieurs au sein du ministère de la transition écologique. Pour l’avenir, je me projette plutôt vers les agences comme l’ANRU ou l’ANCT.»

Heureux qui comme Chloë a trouvé, sur le plan professionnel, un site d’atterrissage épanouissant et conforme à ses aspirations. L’équipage unanime te souhaite bon voyage !

 

« Faire des routes …un rêve de gosse …réalisé ! »

Benoît JOUVE est adjoint au chef du service "Connaissance, Aménagement, Développement " à la DDT du Cantal.

Benoît JOUVE

Dans les années 70, un gamin de Marseille « rêvait de faire des routes, avec une passion pour les ouvrages d’art ». Il aura besoin d’emprunter plusieurs "échangeurs" pour l’accomplir, ce rêve !

Avec une Maîtrise de Sciences et Technique en appareillage scientifique doublée d’une formation commerciale de l’Ecole Supérieure de Commerce de Marseille, tout naturellement, Benoît commence sa carrière professionnelle comme ingénieur commercial dans une société de service informatique à Salon-de-Provence. A la suite d’un licenciement économique en 1993, il réussit le concours de Technicien de l’Equipement et intègre pour 1 an l’ENTE de Montpellier. La puissante attraction de la galaxie des Infrastructures recommençait à se faire sentir…

Benoît devient en 1995 chargé d’études autoroutières à la DRE d’Ile-de-France. Tracé, géométrie, étude de capacité, sont à son programme pour les échangeurs des autoroutes A 16 et A 86, mais pas encore la réalisation concrète. Pas complètement satisfait, il décide « d’aller plus loin » et devient un ITPE de la 48e promotion (2003) par la voie du concours interne avec la ferme intention de retrouver les planètes du Sud et de réaliser son rêve.

Fidèle à ses passions, il s’installe comme responsable du bureau d’études Ouvrages d’Art de la DDE de la Drôme, puis en 2007, comme chef du pôle Ingénierie Routière de la DIR. Méditerranée à Montpellier. « 40 ans près, j’y ai accompli mon rêve en participant aux études et aux travaux de la dernière section d’A75 entre Pézenas et Béziers ! ».

Rien de plus enthousiasmant que cet accomplissement professionnel… mais que faire après ?

 Aller voir ailleurs en changeant complètement. » Certes, mais, pour Benoît, sans quitter les infrastructures et la technique. « J’ai tendance à m’ennuyer dans les postes administratifs !»
En 2012, Benoît pose ses valises à la D.D.T. de la Nièvre comme chargé de mission Investissement au service de la navigation, puis à la création de V.N.F. (Voies Navigables de France) comme responsable du pôle d’information géographique de la DTer Centre Bourgogne. Il est promu Ingénieur Divisionnaire des T.P.E. et concrétise en émigrant vers la planète Cantal sur son poste actuel. Benoît déplore la disparition progressive des compétences techniques de l’Etat, mais « dans le Cantal, j’apprécie le contact avec mes collègues quel que soit leur rang (ils sont tous très agréables) et avec les partenaires des collectivités (élus et agents) ».

Notre commandant de bord ne désespère pas de pouvoir lui aussi réaliser son rêve de gosse : devenir le premier astronaute limousin… Par les temps qui courent, il devrait sans doute d’abord tenter sa chance au Loto !

 


« N’importe où… mais sur le territoire ! »

Alex DUMAS est directeur des services techniques (DST) de la commune d’Aurillac.

Alex DUMAS

« J’ai toujours voulu travailler en milieu rural et c’est aussi une des raisons premières de mon choix pour l’ENTPE ! » explique Alex qui est originaire d’Aurillac et appartient à la 40e promotion de l’école (1995) avec la voie d’approfondissement Hydraulique et Environnement.

Après un service civil comme Volontaire à l’Aide Technique (VAT) de 16 mois en Guyane au sein de la Société d’Economie Mixte du Nord Ouest Guyanais (SENOG), Alex réintègre dès 1997 son département d’origine et prend la direction du bureau d’études des Collectivités Locales à la DDE du Cantal. « Dans le prolongement de ma spécialisation à l’ENTPE, j’ai mené notamment les projets d’assainissement sur la commune d’Aurillac et, en particulier sa station d’épuration (STEP) .»

Sur le plan personnel, Alex a développé très tôt une attirance particulière pour la haute montagne et l’escalade. Pas surprenant dans ces conditions de le retrouver, à partir de 2001, subdivisionnaire de Sisteron dans les Alpes de Haute Provence. Avec une particularité due à la répartition des compétences : « La subdivision de Sisteron assurait également toute
l’ingénierie de la subdivision de Château-Arnoult, et, pour l’urbanisme, c’était l’inverse. »

Dans un registre beaucoup plus pragmatique, lors du transfert de l’ingénierie routière aux Départements en 2007, le Conseil Général 04 décide de regrouper trois subdivisions en une seule et de créer la Maison Technique de Sisteron dont les compétences couvrent 1/5eme du territoire des Alpes de Hautes-Provence.

A la tête de cette structure, Alex, qui a opté pour la Fonction Publique Territoriale, est certes confronté à l’ingénierie de projets routiers de grande importance pour le département, mais regrette un peu d’être limité au seul domaine routier.
« Le territoire est bien sûr beaucoup plus petit, mais, dans une commune comme Aurillac, le directeur des services techniques intervient sur la quasi-totalité des décisions de la Collectivité. » De fait, depuis 2010, Alex dirige 3 services : Bâtiment (avec notamment 70 établissements recevant du public (ERP)), Routes et Urbanisme auxquels s’ajoute la catégorie Grands Projets; soit au total, actuellement, près de 170 personnes avec un centre technique municipal où sont représentés la plupart des corps de métiers techniques. 

« L'ingénierie territoriale doit monter en compétence pour compenser la baisse de moyens des services de l’Etat. Les domaines sont très diversifiés et toujours en prise directe avec le réel. C’est pourquoi il est indispensable de pouvoir travailler en confiance avec les élus. »

Incontestablement, Alex a trouvé la planète propice à l’atterrissage de son vaisseau professionnel. C’est un privilège pour la mission StarITPEtrek de pouvoir se ressourcer régulièrement à l’enthousiasme des Ingénieurs des TPE !


« La route, la route et … la route !»

Catherine MURATET est directrice adjointe de l’antenne régionale des Transports Interurbains et Scolaires du Cantal et du Puy-de-Dôme au sein de la direction des Mobilités de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (AuRA).

Catherine est Aurillacoise. Titulaire d’un BTS en Assistance technique d’ingénieur, elle entame sa carrière professionnelle dans la branche Terrassements de l’entreprise MATIERE à Arpajon-sur-Cère. « J’ai toujours eu envie de construire des routes et, pendant 5 ans, j’ai assisté un excellent directeur de travaux Il m’a tout appris de ce métier ; somme toute un véritable mentor ! Alors que ma mère me disait que ce n’était pas un métier pour une fille… »

En 1992, sujette à des difficultés, l’entreprise ferme son activité terrassement et licencie Catherine qui se tourne vers l’administration de l’Equipement et réussit le concours de Technicien Supérieur des TPE. Au sortir de l’ENTE, elle intègre l’effectif de la DDE de la Nièvre comme chargé d’études routières. « Un très bon premier poste en définitive même si, paradoxalement, dans ce début de carrière, j’ai construit des routes avant d’apprendre à les concevoir… » Il faut croire que sa méthode a du bon car Catherine enseigne la conception routière en 2002 et 2003 à l’ENTE d’Aix-en-
Provence ; ce qui ne l’empêche pas concomitamment de préparer et de réussir l’examen professionnel d’ITPE en 2003. Catherine appartient donc à la 48e promotion de l’ENTPE.
Mais pas question de craindre une sortie de route ! Catherine la poursuit (sa route) comme responsable de la CDES de la DDE du Lot et Garonne et coordonatrice Sécurité Routière auprès du Préfet, puis responsable du pôle Hygiène et Sécurité de la Direction Interdépartementale des Routes Centre Ouest, puis cheffe de la mission Infrastructures et Transport au CVRH de Clermont-Ferrand, et cheffe de l’unité Sécurité Routière, Contrôle des Véhicules et Défense de la DREAL Auvergne.

Promue Ingénieur Divisionnaire des TPE en 2015, après une brève incursion dans le domaine de la transition énergétique toujours en DREAL Auvergne, Catherine rejoint la DREAL Nouvelle Aquitaine en tant que chef de la division Transport de Poitiers. Mais elle ne peut résister à l’appel des volcans d’Auvergne. En 2018, elle quitte la route pour rentrer dans le département du Cantal où elle devient chargée de mission 1 Politiques Sociales du Logement et Politique de la Ville à la DDCSPP 15. Mais ce nouveau challenge était bien loin d’être une aire de repos.

« Ce fut une quasi-catastrophe ! Je n’avais aucune autonomie et un poids considérable de la hiérarchie… »

Fort heureusement, Catherine a pu regagner la route et son utilisation, dans son poste actuel au sein des services de la Région AuRA. « Cette Région est organisée avec la même efficacité que ce qu’on a connu avec le ministère de l’Equipement. Dans ma situation, la bascule en Fonction Publique Territoriale est tentante et puis les postes dans les services de l’Etat sont peu nombreux. »

Ce n’est donc pas à Catherine que l’équipage apprendra les risques d’une sortie de route… Dans l’espace que nous parcourons, il est quelquefois difficile d’être sûr que notre vaisseau est bien sur la bonne !

1 Lire : le domaine routier. Fort heureusement Catherine n’a pas eu d’accident !


 

« Objectif Creuse ! »

Rémi SAUMET

Rémi SAUMET est délégué territorial au service Connaissance, Aménagement et Développement de la DDT du Cantal. Sa délégation recouvre l’arrondissement de la sous-préfecture de Saint-Flour.

Originaire de la galaxie poitevine, Rémi appartient à la 55e promotion de l’ENTPE (2010) avec une voie d’approfondissement du domaine Environnement et Risques : Gestion des cours d’eaux et littoraux.
Un premier poste en DREAL Centre comme chargé de mission Gestion Ressource Minérale lui permet de se mesurer, sur une dizaine d’années, à l’élaboration du Schéma Régional des Carrières. « Une mission très
intéressante que j’ai tenu à mener jusqu’à la validation du SRC, mais c’est un peu loin de la réalité. Sur la fin, j’ai ressenti un besoin urgent de concret et de terrain ! »

Alors, la question vient immédiatement : « Mais pourquoi Saint-Flour ? ». Rémi nous a donné une réponse assez sidérante : « Je suis venu à Saint-Flour parce que je n’ai pas pu obtenir tout de suite un poste en Creuse ! . Je voulais ce type de poste pour 2 être au plus proche du terrain, au contact des élus et de la vie économique et sociale du territoire. » Mais pas question pour Rémi de dévier de sa trajectoire : « Ma prochaine destination sera certainement la Creuse ! »

Le champ d’activité règlementaire de la délégation recouvre essentiellement le suivi des documents d’urbanisme et l’instruction des actes d’urbanisme pour les communes sous Règlement National d’Urbanisme (La moitié des communes de l’arrondissement).

« Je suis aussi l’interlocuteur de proximité des collectivités sur l’aménagement et l’urbanisme sur un éventail excessivement large. Ça va de la rubrique chiens écrasés jusqu’aux SCOTs. » Un travail de généraliste dont Rémi se déclare particulièrement satisfait, tout en pointant, avec un brin de malice, un certain éloignement avec sa Direction…

Outre l’émotion de trouver un fan du Limousin au fin fond du Cantal, selon l’expression consacrée, en rencontrant Rémi, notre commandant de bord a pris un sacré coup de vieux ! Rémi est en effet le fils du ci-devant IDTPE et inspecteur des sites, Dominique SAUMET, un de ses compagnons de route au sein de l’équipage du vaisseau DIREN - PC (Direction Régionale de l’ENvironnement Poitou-Charentes), il y a plus d’une vingtaine de rotations de la Terre autour du soleil ! A l’évidence « Bon sang ne saurait mentir ». La relève est assurée !


Le commandant de bord du StarITPETrek
Serge Echantillac
Contact : sergechantillac@gmail.com - 06 03 86 16 64

Autres communications