LE PORTRAIT DU JEUDI | Maxime JEBALI ING 2003 Conseiller développement durable au Service Économique Régional d’Ankara

LE PORTRAIT DU JEUDI 

« Les métiers à l'international »

 

Découvrez aujourd'hui le témoignage de Maxime JEBALI, diplômé Ingénieur en 2003, actuellement Conseiller développement durable au Service Économique Régional d’Ankara. 

 

A&T : Bonjour Maxime, peux-tu nous présenter ton parcours professionnel ?

Maxime : Je suis de la promotion 48. Après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur des TPE et d’un DEA en science politique, j’ai souhaité me familiariser avec le fonctionnement des institutions européennes en rejoignant la délégation à Bruxelles du Cerema, le réseau scientifique et technique de notre Ministère, dans le cadre d’un volontariat international.

J’ai travaillé au sein de cette délégation sur les programmes européens de recherche-développement dans les transports, et j’ai pu acquérir de nombreuses connaissances dans le domaine des transports.

Par la suite, j’ai choisi mon premier poste au Ministère dans l’ancienne et mémorable Direction des Routes. J’ai occupé des fonctions de chargé de mission Économie dans une structure transversale qui, outre les problématiques économiques, était chargée du suivi des dossiers européens. Je m’occupais d’analyse et d’évaluation socio-économique de projets, et j’ai pu contribuer au suivi des négociations de la directive Eurovignette pour la tarification des infrastructures routières.

Suite à une restructuration de la Direction, j’ai pris un nouveau poste, de chargé d’études planification et évaluation, dans une sous-direction nouvellement créée, et dont la mission était une meilleure intégration de l’enjeu du développement durable dans les politiques routières. Cette période, stimulante tant sur un plan professionnel qu’intellectuel, était marquée par le « Grenelle de l’Environnement », avec une ambition affirmée de refonte denombreuses politiques publiques à l’aune du développement durable.

En 2012, j’ai souhaité conférer une dimension internationale plus marquée à ma carrière, en prenant des fonctions de chargé de mission Transports au sein du bureau du soutien aux exportations de la Délégation aux affaires européennes et internationales (DAEI). Outre l’instruction de dossiers d’aide à l’export des entreprises françaises du secteur des transports, je participais au montage et à l’animation de diverses coopérations internationales dans les transports.

J’occupe actuellement un poste de conseiller développement durable au Service Économique Régional d’Ankara en Turquie, service rattaché à la direction générale (DG) du Trésor(1), après avoir été conseiller développement durable adjoint au chef du service économique de Bakou en Azerbaïdjan.

Deux volets, fortement imbriqués, caractérisent mon poste de conseiller développement durable. En tant que représentant du Ministère de la Transition écologique, je suis chargé d’assurer le suivi, la coordination et l’animation des coopérations institutionnelles bilatérales avec les pays de la zone couverte par le Service Économique Régional (Turquie, Azerbaïdjan, Géorgie, Turkménistan) dans les champs de compétence du Ministère. Ces coopérations sont particulièrement denses et diversifiées en Turquie, avec notamment l’organisation régulière de séminaires, de missions d’expertise et de visites techniques.

Pour l’autre volet, économique, je m’attache à mener des analyses sectorielles approfondies, dans les secteurs du transport, de l’énergie et de l’environnement, et à identifier les opportunités pour l’offre française sur ces marchés. Au service économique, nous accompagnons également les entreprises françaises dans leurs démarches auprès des autorités et soutenons leur développement, en lien avec l’organisme BUSINESS FRANCE.

Dans notre zone géographique, nos entreprises obtiennent, en majorité avec des clients publics, de beaux contrats, tout particulièrement dans ces secteurs où l’excellence française est attendue ; un soutien institutionnel est indispensable pour pérenniser et consolider cette présence française sur ces marchés.

J’ajouterais que j’ai la chance d’évoluer dans un environnement très porteur, l’équipe du SER rassemblant des profils variés et des agents d’une grande compétence (en macroéconomie, finances, agriculture…), dans un pays stratégique, en soi et pour la relation bilatérale.

Retrouvez l'ensemble du témoignage dans le fichier joint en annexe.

 

Retrouvez également chaque semaine un nouveau "portrait du jeudi" sur les réseaux sociaux

Autres communications