Carnet de bord du vaisseau amiral ISS ENTerPrisE | Objectif : département de la Charente (16)

Voyage 16 : « Le plus beau ruisseau de mon Royaume »

La citation de notre titre est attribuée très largement à plusieurs têtes couronnées du Royaume de France dont François Ier, né à Cognac sur les bords du fleuve Charente mais semble-t-il plutôt par accident…, et Henri IV, insatiable vert galant dont il ne serait pas surprenant qu’il ait troussé quelque ribaude sur ses rives !

Toujours est-il que l’équipage de notre StarITPEtrek, dans une vie antérieure, a séjourné sur FR 16 pendant plus de six révolutions de la Terre autour du Soleil. Il a donc pu y procéder à un repérage complet et détaillé de la planète.

Ses conclusions confirment en tout point l’appréciation royale.

« Asteur ! Un bon cougnat o fait dau beun ! Cré fi de garce ! Ici drôles et drôlesses tous beun’aise !

Malheureusement, sur le plan professionnel, la situation des ITPE Charentais s’est un peu dégradée pour certains.

La Charente à JARNAC

« Le nouveau subdivisionnaire de SARLAT est une femme, et elle a 22 ans ! »

Marie-Aude KYRIACOS

Marie-Aude KYRIACOS est adjointe au chef de service Eau et Environnement à la DDT de la Charente.

Le titre de ce volet consacré à Marie-Aude est emprunté au journal Sud-Ouest en 2005. Il témoigne de la féminisation très tardive des emplois territoriaux  opérationnels au ministère de l’Equipement.

Marie-Aude est originaire de la planète FR24 - Dordogne, plus précisément de la colonie de Périgueux. Sans doute pour ne pas perdre de temps… elle rencontre son futur mari dès le lycée et la classe préparatoire et s’impose ainsi très tôt une contrainte géographique forte. « J’ai choisi l’ENTPE pour préserver l’équilibre entre ma vie professionnelle et familiale. »

ITPE de la 49ème promotion (2004), elle opte pour une voie d’approfondissement Bâtiment, conséquence d’une inclinaison initiale pour les métiers de l’architecture. Au sortir de l’ENTPE, saluée par la presse locale, Marie-Aude devient donc subdivisionnaire de Sarlat (DDE 24), puis en 2007, responsable de l’Unité Territoriale Périgord Noir de la DDT 24 à l’issue de la réforme de l’administration territoriale de l’Etat (RéATE). « Subdi, j’ai adoré ! Sur ces deux postes, les agents m’ont notamment initié à l’aménagement et à l’urbanisme ; un nouveau sens à ma carrière. Ils m’ont fait grandir professionnellement ! »

Bien, mais après des séjours de vacances et avec des attaches familiales fortes, la famille est séduite par la Charente, décide d’émigrer et son mari paysagiste d’y fonder son entreprise. « J’ai toujours alterné les choix d’appétence et les choix raisonnés plus personnels. Il faut dire aussi qu’au fil des réformes, nos subdivisions se vidaient progressivement de leur substance ! »

En octobre 2008, Marie-Aude devient responsable du pôle ingénierie de projets Eau de la DDAF 16. En 2010, suite au regroupement DDE/DDAF et de la création des DDI, son poste devient celui de responsable de l’unité Equipements et Aménagement des territoires au sein de la DDT 16. Mais « les meilleurs moments de mon parcours » restent à venir. Un mouvement interne lui permet en 2012 de prendre les commandes de l’Atelier d’Urbanisme (AU) au sein du service Urbanisme et Habitat. « La subdivision, c’était une organisation quasi-familiale (avec les querelles aussi d’ailleurs !), l’AU était plutôt une version sportive ! Des agents aux profils diversifiés, plutôt jeunes dynamiques et un travail systématique en équipe-projet sur les 7 PLUi prescrits, le Grenelle et la loi ALUR… Intense et particulièrement intéressant ! »

Promue ingénieure divisionnaire, Marie-Aude intègre en 2018 son poste actuel où elle assume en outre une surcharge importante d’intérim du chef de service. « Nous participons aussi aux ateliers de Charente 2050 sur le changement climatique animés par l’Etablissement Public Territorial de Bassin Charente en partenariat avec l’Agence de l’Eau. Un chantier intéressant au terme duquel certains scénarios prévoient de renforcer le rôle des DDT car les moyens manquent un peu… » « Après trois ans à ce poste, je commence à regarder ailleurs, mais, clairement, je souhaite rester au service de l’Etat . »

Pour le corps des ITPE, Marie-Aude marque son inquiétude vis-à-vis d’un déficit croissant d’attractivité engendré par l’abandon de l’ingénierie et la réduction constante des effectifs et des postes d’encadrement. « Abandonner une carrière d’ITPE pour reprendre des études de médecine par exemple est une hypothèse désormais plausible pour certains ! »

Me Too ! s’est exclamé unanimement l’équipage de notre vaisseau aussi bien par rapport à la féminisation du corps des Ingénieurs desTPE qu’au risque de perte de son attractivité.


« Amoureuse de la Charente ! »

Solenne BLONDIAUX est chef du service Secrétariat Général Commun (SGC) à la Préfecture de la Charente.

Solenne BLONDIAUX

Lilloise d’origine, Solenne est paysagiste concepteur de formation, diplômée en 2001 de l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de BLOIS (41). Recrutée sur titre par le ministère de l’Equipement, elle rejoint la 47ème promo de l’ENTPE (2002).

Solenne débute sa carrière dans l’administration par un poste de responsable de l’unité Environnement et Risques à la DDE de la Somme (80). « Sincèrement, j’ai recherché assez vite une mobilité géographique et fonctionnelle. »

L’opportunité se présente dès 2005 et le contact avec un éminent chef du service Urbanisme et Habitat de la DDE de Charente bien connu de l’équipage de la mission StarITPEtrek, dont le seul défaut est de ne pas être ITPE !! « 1 Je ne connaissais pas du tout la Charente, mais j’en suis tombée rapidement amoureuse au point de m’y fixer quasi-définitivement avec ma famille. »

Charentaise d’adoption, Solenne pourrait également être qualifiée d’urbaniste d’adoption puisqu’elle dirige l’Atelier d’Urbanisme de la DDE (puis DDT) de la Charente pendant un peu plus de sept années. Elle encadre huit agents dont la mission est l’expression du point de vue de l’État dans les procédures de planification urbaine auprès des collectivités territoriales dans les domaines des risques, de la protection de la biodiversité et du patrimoine bât, du logement social, des transports, de la lutte contre l’étalement urbain notamment. « Réellement passionnant, mais je voulais progresser en me confrontant à d’autres activités. »

Et le changement est effectivement radical… En 2012, Solenne prend les commandes de l’unité Aides directes aux agriculteurs et Mesures Agro-Environnementales. Elle est également adjointe du chef de service économie agricole et rurale (SEAR) à partir de 2013. Elle encadre neuf agents et jusqu’à une vingtaine de  vacataires chaque année pour l’organisation de la campagne annuelle des aides de la Politique Agricole Commune (PAC); soit plus de 6000 dossiers d’attribution d’aides, à concurrence de 90 millions d’euros par an en Charente). « J’ai adoré ce poste ! Aider la profession agricole est un objectif commun très gratifiant qui suscite une solidarité exceptionnelle au sein de l’unité. »

Promue ingénieure divisionnaire en 2015, Solenne gravit un étage (au sens propre comme au sens figuré !) pour intégrer l’équipe de direction de la DDT de Charente au poste d’adjointe puis de secrétaire générale. « Une excellente équipe au sein de laquelle j’ai vécu les cinq meilleures années de ma carrière jusque là ! »

2020 est l’année de préfiguration et de mise en place des Secrétariats Généraux Communs voulus par le gouvernement pour « rationaliser » la gestion des Directions Départementales Interministérielles et concentrer sous l’autorité du Préfet de département les compétences et les moyens. Solenne s’y engage pleinement « En  Charente, le regroupement avait du sens car les équipes SG de chaque DDI et de la Préfecture étaient petites et ne comportaient plus toutes les compétences requises. » Mais la réticence de nombreux agents des DDI vis-à-vis du projet les incite à choisir d’autres affectations et conduit à l’appauvrissement du service
en compétences. Il faut ajouter à cela la poursuite de la réduction des effectifs sur un service à peine constitué et la difficulté à mettre en oeuvre l’interministérialité du service et de ses prestations. « A des degrés divers, c’est l’ensemble des agents du SGC qui ne se sent pas bien ! Pour ma part, je souhaite partir dans les semaines qui viennent.»

Lors de ses récentes pérégrinations spatiales, la mission StarITPEtrek n’a pu que constater les grandes difficultés des services et des agents à mettre en oeuvre la réforme des SGC, sur la quasi-totalité des planètes et colonies visitées. Les cultures et les pouvoirs s’entrechoquent souvent, les compétences disparaissent toujours et par voie de conséquence, l’humain et l’équilibre individuel sont menacés. La Force soit avec toi Solenne !

 

« Quand un ITPE creuse un peu… il trouve ! »

Bruno ALLAFORT est directeur des services techniques (DST) de la Ville de Cognac.

Bruno ALLAFORT

La colonie des Ingénieurs TPE de la planète FR16 recèle un spécimen de pure souche charentaise. En effet, Bruno est originaire de BOURG-CHARENTE, charmant petit port fluvial en aval de JARNAC. Un petit paradis au milieu des vignes et au bord du plus beau ruisseau du royaume !

Sans doute à cause des effluves de la part des anges dans les chais de Cognac, Bruno connaît quelques hésitations avant de trouver sa voie professionnelle. Titulaire d’un BTS de géomètre, il choisit d’entrer à la DDE 16 par le concours de conducteur de travaux et devient en 1981 chef du centre d’exploitation d’AIGRE . Mais il confie : « Je me suis vite ennuyé ! » Alors, il décide d’entrer à l’Ecole Normale d’Instituteurs (« Il y avait une très forte proportion de filles… ») et obtient un DEUG d’enseignement du 1er degré. Il occupe donc de 1983 à 1986 des postes d’enseignant en maternelle et s’intéresse particulièrement au handicap chez les enfants des Instituts Médico-Educatifs (IME) ; ce qui ne l’empêche pas de préparer et de réussir le concours d’assistant technique du ministère de l’Equipement.

Bruno intègre donc l’ENTE d’Aix-en-Provence en 1986 et choisit cette fois définitivement de poursuivre dans cette voie d’autant plus que sa compagne,  enceinte, est Marseillaise… « Je ne regrette rien, bien au contraire ! ». Au sortir de l’école, il devient chef de la subdivision de CASTELLANE (DDE 04) presqu’aussi célèbre pour les gorges du Verdon que pour la secte du Mandarom, puis, sous l’effet sans doute du mal du pays prononcé, responsable de la subdivision de  MONTMOREAU (DDE 16). « La subdivision, dès lors qu’on y a gouté … un subdivisionnaire c’est un peu un directeur local ! »

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Bruno rejoint la 42ème promotion de l’ENTPE (1997) par la voie du concours professionnel. Contraint de faire un petit pas hors Charente, il devient chef de la subdivision de LE BLANC (36), puis réintègre rapidement la DDE 16 comme responsable du bureau d’études pour les collectivités puis chef de la subdivision Base Aérienne de COGNAC. Gros succès puisque les aviateurs de la Base ne le laisseront pas partir sans lui offrir un vol sur Jet Epsilon avec les apprentis pilote de chasse en quasi-voltige. « Le temps paraît très très long ! En soirée, pour le pot de départ, j’étais encore encore blanc livide !! »

Inscrit au tableau d’avancement au grade d’ingénieur divisionnaire, Bruno doit s’expatrier en 2009 (mais pas trop loin) à la DREAL Poitou-Charentes au poste de chef de la division Maîtrise d’Ouvrage, (ni trop longtemps) puisque, dès septembre 2012, il rejoint en détachement les services techniques de la Ville de Cognac à la direction desquels il envisage d’achever sa carrière « dans deux ou trois ans ». « A moins que le nouveau jeune maire ne m’épuise d’ici là car il pratique le diagnostic en marchant, quelquefois en sillonnant la ville sur près de 15 kilomètres ! » 

A titre personnel, Bruno pratique une activité sans doute peu courante chez les ITPE : la trufficulture. En paraphrasant une expression du langage courant, on pourrait dire qu’il y a fait ses premiers arbres en 1996 jusqu’à devenir Président de la Fédération des Trufficulteurs de Poitou-Charentes et être intronisé disciple d’Escoffier !

Notre commandant de bord ne désespère pas de pouvoir lui aussi réaliser son rêve de gosse : devenir le premier astronaute limousin… Par les temps qui courent, il devrait sans doute d’abord tenter sa chance au Loto !

Bruno nous a communiqué en exclusivité un parfait exemple d’ingénierie locale …


« En mode projet avant tout ! »

Benoît PREVOST-REVOL est directeur adjoint de la DDT de la Charente.

Benoît PREVOST-REVOL

On comprendra aisément que Benoît, né dans une famille sarthoise à dominante essentiellement artistique (son aïeul, sculpteur décorateur, a réalisé la rénovation des sculptures de la Cathédrale du MANS (72) ne se sente « pas très
attiré par la technique ». Malgré tout, il est plutôt bon en mathématiques ( « mais dernier en chimie… »), et  souhaite s’orienter sur le plan professionnel vers les domaines de l’aménagement et de l’urbanisme. « En plus, j’avais deux amis déjà engagés dans la filière ITPE. En prépa, j’ai donc choisi les concours qui correspondaient à mes valeurs et à mes dispositions et particulièrement celui de l’ENTPE. Je précise que ce n’est absolument pas un choix par défaut. »

Benoît appartient donc à la 32ème promotion de l’ENTPE (1987) et opte naturellement pour une vois d’approfondissement Sciences de l’Habitat assortie du label Service public local. « Les options m’ont procuré d’excellentes surprises, comme ce séminaire de sensibilisation à l’espace public à dominantes en architecture et sociologie, qui m’a immédiatement passionné ! »

A la sortie de l’école, son engagement comme objecteur de conscience, le mène à un poste provisoire. Benoît est mis à disposition de l’Agence d’Urbanisme de la Communauté urbaine de Lyon pour une durée de près de deux ans. En 1990, il débute comme responsable de la cellule Habitat - Secteur Public de la DDE de l’Eure (27). « Je me suis réellement éclaté ! J’y ai découvert le monde des HLM, le développement social des quartiers ainsi que des partenariats et des contacts très riches. Je me suis confirmé que j’étais bien là chez moi! »

Nommé en 1994 comme chargé d’études générales à la division de l’Aménagement, des Etudes et de l’Economie à la DREAL Bretagne, Benoît se découvre une affinité définitive avec le travail en mode projet. « L’efficacité vient toujours d’une mobilisation des compétences, techniques ou non, sur un objectif commun; ce qui ne m’empêche pas d’être fier de mon diplôme d’ingénieur, dont le mode projet est un pilier. »

Cerise sur le clafoutis, Benoît inaugure en 1999 un bail de vingt années avec la plus belle des régions : le Limousin. Il y occupe successivement les postes de chef de la cellule Ingénierie Publique à la DDE de Haute-Vienne (87), en 2003 de secrétaire général de la DDE de la Creuse (23), en 2007 de chef du service Qualité et  Relations Usagers à la DIR Centre-Ouest et en 2011 de chef du service Urbanisme et habitat à la DDE 87.

Un parcours sans faute qui lui vaut au passage une promotion à ingénieur divisionnaire en 2002, à ingénieur en chef en 2011 et à ingénieur Hors Classe en 2019.

Gageons que, sur son poste actuel de directeur adjoint, Benoît saura mettre en pratique la « théorie des 3 paquets » énoncée par son Directeur régional en Bretagne pour promouvoir l’autonomie de ses cadres. « Il y a trois types d’enjeux à mon niveau : les enjeux faibles sur lesquels vous avez carte blanche, les enjeux forts sur lesquels il vous faudra argumenter sérieusement vos propositions, que je suivrai si je suis convaincu du sérieux même si ce n’est pas ma préférence, et les enjeux majeurs pour lesquels, même si vous êtes très convaincant, il arrivera que je ne vous suive pas sans avoir à vous en donner la raison ! »

La mission StarITPEtrek attend avec impatience des propositions d’un certain Thomas PESQUET pour tester le fonctionnement en mode projet dans l’espace et en apesanteur …


« Le juridique rien que le juridique… tout le juridique ! »

Jocelyne MATHIEU

Jocelyne MATHIEU est chargée de mission Animation Territoriale et Conduite de Projet à la Préfecture de Charente.

Si elle est née à Paris, issue d’une famille aux racines dans l’Indre et Loire (37), et a passé son enfance dans le Loir-et-Cher (41), Jocelyne est, à coup sûr, une Charentaise d’adoption. Mais attention, il s’agit de prendre les choses dans le bon sens… « J’ai adopté la Charente » ; ce qui pour une spécialiste et amoureuse du domaine juridique est une vraie mise au point !

Titulaire d’un BTS d’assistant technique d’ingénieur, Jocelyne intègre l’Ecole Nationale des Techniciens de l’Equipement (ENTE) en 1982, elle y rencontre (comme tant d’autres élèves) son futur époux Vosgien. La primo-affectation l’enverra pour deux ans à la cellule Formation du Service Navigation à NANCY ( 54).

Ce premier poste, qui ne lui a pas laissé un souvenir impérissable, est la seule infidélité professionnelle de Jocelyne à la planète FR16 - Charente. Dès 1985, elle atterrit à la DDE 16 comme adjointe au chef de la subdivision de LA ROCHEFOUCAULD. Plus spécialement chargée de l’Urbanisme et de l’Application du Droit des Sols (ADS), elle y fait ses premières armes réglementaires et juridiques et prend goût à la dégustation (et à la digestion ?) des codes de tout poil. « Mon ADN, c’est le juridique et pas seulement en urbanisme, mais j’aimais aussi beaucoup être au contact et travailler avec les maires et plus largement avec les élus. »

Tout naturellement, en 1988, Jocelyne rejoint les rangs du service Urbanisme et habitat du siège de la DDE comme chargé d’études ADS. Elle y développe une assistance réglementaire et juridique auprès des subdivisions, traite les recours gracieux et met au point les avis au Préfet dans le cadre du contrôle de la légalité.

Jocelyne trace son sillon jusqu’à devenir, en 2004, chef du pôle Affaires Juridiques au service Environnement et Prévention de la DDE 16, avec au passage une promotion au grade de Technicien Supérieur en Chef. L’éventail de ses activités comporte désormais les recours et contentieux administratifs en urbanisme,  ingénierie publique, ressources humaines, logement, et dommages des travaux publics aux usagers et aux tiers, ainsi que les procédures de contentieux pénal (défense des agents et protection juridique, urbanisme et plaintes de la DDE). « Tout me plaît dans le juridique, il requiert de la rigueur, de la logique et un soupçon de bon sens ! En somme, tout ce qui qualifie un technicien du droit. J’ai par ailleurs le souci de la perfection. »

Chacun comprendra à ce stade que Jocelyne est devenue au fil du temps, sur la petite nébuleuse administrative charentaise, ce qui s’appelle une personne ressource dans son domaine. Soumise à de fortes attractions dans le cadre de la Réorganisation de l’Administration Territoriale de l’Etat (RéATE), Jocelyne rejoint en 2010 la Préfecture de la Charente pour participer à la création du bureau de l’urbanisme au sein de la Direction des Relations avec les Collectivités Locales (DRCL). « Un travail passionnant de création de cette unité avec le Secrétaire Général et le Directeur de la DRCL. » Jocelyne est promue ITPE par liste d’aptitude au titre de la 62 ème promotion en 2017. 

Mais dans notre espace professionnel administratif, il arrive que les interactions entre planètes se modifient, voire se contrarient, et le bureau de l’urbanisme est supprimé en avril 2019 par décision préfectorale. En attendant mieux, Jocelyne est repositionnée sur son poste actuel.

Comme s’il était dans les premiers millénaires de sa formation, le système planétaire FR 16 - Charente est de loin le plus chahuté parmi ceux rencontrés jusque là par la mission StarITPEtrek. Notre équipage qui a longtemps fréquenté les rives du plus beau ruisseau du royaume de France et dans des circonstances beaucoup plus favorables, en est reparti avec une certaine amertume. La Force soit avec tous les ITPE Charentais !!

 


Le commandant de bord du StarITPETrek
Serge Echantillac
Contact : sergechantillac@gmail.com - 06 03 86 16 64

Autres communications